Lire: Comment les Strokes, Interpol et DFA Records ont réveillé New York