Premieres

Sans prévenir, Cockpit va vous coller la beigne de votre vie

Les terreurs bordelaises sortent leur excellent second album chez Teenage Menopause, qu'on écoute en intégralité avant sa sortie le 18 mai.

Marc-Aurèle Baly

S'il y a bien une chose que je ne m'explique pas, c'est que Bordeaux garde à ce point la main depuis des années sur ce qui se fait de plus sale et vicelard sur le marché du garage punk débraillé - sérieusement, il faudra un jour étudier la question. Mais que les terreurs en question se nomment La Secte Du Futur, J.C Satan ou les Cockpit qui nous concernent aujourd'hui, on les trouve en général dans les recoins sombres des grandes villes embuées (qu'elles soient tapies à Bordeaux, Paris ou ailleurs) plutôt que dans les tremplins des festivals à sponsors consacrés.

Mais s'il y a un truc qui change, c'est à quel point, depuis un certain temps, les groupes qui furent à une époque un peu tous estampillés garage se mettent aujourd'hui à bander les muscles, comme si, passées les louanges des modasses et des petites pépées lookées, il ne restait plus qu'à regarder l'horizon en bombant le torse et la tête haute, laquelle tient grâce à la fierté grandiloquente qu'on veut bien y injecter.

Sur son deuxième album, Cockpit répond peu ou prou à ce nouveau cahier des charges, en choisissant de gonfler la bride plutôt que de la lâcher - pas étonnant qu'ils aient enregistré II dans le fief de leurs grands frères putatifs de J.C. Satan. Mais si leur garage punk s'en trouve désormais plus vigoureux que véritablement dissipé, le groupe y ajoute des teintes à la fois grunge et presque swing, grâce à l'aide d'une basse serpentante qui donne une rondeur inattendue à des morceaux par ailleurs bien castagneurs. Le bien-nommé « Trap House », par exemple, qui n'a rien à voir avec Gucci Mane, arrive, à travers des tours de passe passe tour à tour élancés, concassés ou affriolants, à créer un petit exploit. Soit nous convaincre qu'il reste encore en France des sales gosses capables de nous donner envie de se taper avec une poubelle dans une ruelle mal éclairée. Ce qui n'est pas rien, surtout quand on a passé l'âge.

II sort le 18 mai chez Teenage Menopause Records. Le disque peut se commander ici. À noter que Cockpit sera en tournée en France à partir de la fin du mois :

31 mai – Marseille – L’embobineuse
6 juin – Lyon - tbc
7 juin – Gigors Electrique
20 juin – Tours - tbc
21 juin – Nantes – Le Chien Stupide
22 juin – Lille - tbc
23 juin – Bruxelles – Le Chaff
25 juin – Rennes – Bar Hic
28 aout – Gigiors – Freashow Festival