Le guide Noisey de bonne conduite de Médine

Yérim Sar

Yérim Sar

Quelles options reste-il au Havrais pour s'en sortir ? Franchement, des tas.

Pour ceux qui n’auraient rien suivi, le rappeur Médine est actuellement au cœur d’une polémique, un « shitstorm » comme disent les pipasses en open space, suite à la « découverte » de sa programmation deux soirs de suite au Bataclan par les adorateurs de François le français. À partir de là, schéma classique, ça a fait boule de neige : des extraits de textes de l’artiste sont balancés sans être compris ou même sans qu’ils soient de Médine, et parfois même les deux à la fois. La presse généraliste fait le même boulot que d’habitude et se contente de relayer les propos des politiques. Les politiques font le même boulot que d’habitude et se contentent de relayer les propos des vengeurs masqués du net accrocs aux pp bleu-blanc-rouge et à l’emoji cochon (là ça va de photos de la famille de Médine à des pochettes de disque qui ne sont pas les siens en passant par des digressions sur ses amis présumés), des députés s’emmerdent tellement que ça finit en débat à l’Assemblée Nationale avec le Ministre de l’Intérieur, bref c’était pas la bonne semaine pour arrêter la clope.

Le plus triste c’est que la plupart des visuels relayés par les patriotes 2.0 et les médias sont ceux datant de l’album Jihad – le plus grand combat est contre soi-même, donc de 2005, quand Médine était en surpoids. Et ça c’est un coup bas, le mec a fait un régime et s’est mis au sport comme un dingue, il m’avait même dit qu’il était dégoûté quand ses potes lui ressortaient ses vieilles photos, parce qu’en fait « quand t’as été gros, tu restes gros dans ta tête ». Donc c’est vraiment mesquin, en plus de le menacer d’annuler ses deux dates parisiennes.

Mais pas d’inquiétude, on a balayé à peu près toutes les possibilités qui restaient à sa disposition pour se sortir de ce mauvais pas et notre ami a vraiment l’embarras du choix.

Compter sur ses amis hauts placés

Édouard Philippe est le Premier Ministre mais c’est aussi l’ancien Maire du Havre. Les opposants au concert n’étant pas les mecs les plus discrets du monde, ils ont vérifié si les deux hommes avaient déjà eu des rapports, n’ont rien trouvé de sexuel mais il y a eu une histoire de subvention de club de sport. Il n’en fallait pas plus pour expliquer que Philippe est super admiratif de toute l’oeuvre de Médine (spoiler : non). A les entendre ils ont sans doute même déjà fait la prière ensemble. Ce qui met Eddy dans la merde mais Médine en position de force puisqu’il suffit qu’il passe un coup de fil à son super meilleur pote sur le mode « si je tombe, tu tombes » à l’ancienne, et le bras armé de l’État Français viendra résoudre la situation. Le Havre connexion.

Invoquer l'esprit Charlie

Les attaques envers Médine viennent, à l’origine, de l’extrême droite, mais aussi de la droite classique et de la gauche. Bon concrètement ça ne signifie plus grand-chose, à la limite on pourrait juste dire qu’il est attaqué par des putes d’un côté et des fils de pute de l’autre, mais eux tiennent malgré tout à cette distinction. Du coup, une partie de ses détracteurs se revendiquent clairement de l’esprit Charlie, qui à la base est censé placer la liberté d’expression au-dessus de tout ou presque. Et c’est l’occasion de faire des photos avec un joli t-shirt Je suis Charlie, parce que sur ce coup là les lunettes de hipster et la barbe teinte en roux ne suffiront pas, on n’est plus à l’époque Don’t Laïc. Ce serait aussi un bon moyen d’amener trois nouveaux modèles à sa marque LSA : un #FreeMedine, un #MedineAuBataclan et un #PasDeMedineAuBataclan parce qu’il n’y a pas de petits profits et ce serait super drôle que des demi-cerveaux achètent sans savoir que l’argent revient au rappeur et son label.

Bon par contre ça ne marchera pas sur tout le monde puisque même quand des rescapés et des familles de victimes ont estimé qu’ils se contrefoutaient de la programmation de Médine et qu’ils étaient moyen fan de l’instrumentalisation des morts, ils se sont faits plus ou moins insulter d’islamo-gauchistes. C’est le jeu.

Faire appel à l'esprit hip-hop

Cette notion est à peu près comme l'esprit Charlie : beaucoup de gens en parlent mais chacun a sa propre définition et la plupart du temps c’est surtout brandi par des tâcherons au point qu’on est forcé de supposer que c’était de la merde dès le départ. Cependant, en théorie, c’est censé entre autre invoquer un certain esprit de solidarité entre les artistes. Sauf que la réalité reprend vite ses droits.

En effet le rappeur français de base a déjà une liste de priorités et surtout des combats bien plus importants à mener. Dans l’ordre : trouver des bons plans pour avoir des fausses Balenciaga suffisamment ressemblantes, ne pas se faire griller quand il pompe des morceaux américains, dénoncer les tricheries des autres en terme de stream, camoufler ses propres tricheries en termes de stream, esquiver les appels des beatmakers qui n’ont pas été payés, tout ça dans le but d’entrer dans la cour des gros vendeurs. Autant dire que si tu fournis tous ces efforts surhumains pour persuader des couples de beaufs d’acheter ta musique à leurs gosses, c’est pas pour tout foutre en l’air en s’acoquinant avec un barbu qui a le mot terrorisme qui clignote sur le front. Ou alors c’est qu’ils n’ont pas eu le temps, mais ce qui est étrange c’est que Médine n’est pas exactement un rappeur en autarcie, il a fait pas mal de feats dans sa carrière, dont Sinik, Alonzo, Soprano, Pit Baccardi, Rim-K, Dry, Rockin'Squat, Seth Gueko, Lino, Youssoupha, Kery James, Ol Kainry, Tunisiano, La Fouine, D.O.C, Ghetto Youss, OGB, Kalash l'Afro, Nakk, Mokless, R.E.D.K, Lino, Lacrim, Mac Tyer, Keny Arkana, Orelsan, Lartiste, Ninho, Sofiane et on en passe. Là c’est simple, vous rayez de la liste tous ceux qui lui ont témoigné un petit soutien, même de manière anecdotique, et vous retenez les autres ; ceux-là pratiquent avec brio la tactique de l’autruche, qui pour rappel a l’avantage de mettre sa tête à l’abri des menaces mais l’inconvénient de vous laisser le cul à l’air.

Ressortir certaines vidéos

S’il est assez facile de piocher des extraits de phrases choc sorties du nid douillet de leurs couplets et faire paniquer mémère devant sa télé, il est moins aisé de tenir la distance quand une lecture objective indique que vous vous plantez sur toute la ligne, au point de devoir amputer des mots comme la légendaire Apolline de Malherbe qui s’est transformée l’espace d’une séquence en Billy le bègue. Forcément, au bout d’un moment même les moins aidés des « patriotes » ont fini par comprendre que les couplets de Médine sont inattaquables légalement parlant. Ça leur a pris plus d’une semaine pour s’en apercevoir, tu sens les mecs qui ont mis du temps à comprendre le fonctionnement de l’alphabet, donc le second degré et les métaphores c’est 96 heures de maturation minimum, mais le résultat est là. Désormais ils ciblent les fréquentations de Médine. Et c’est vrai qu’il a traîné avec quelques bouseux aux idées pas tip top dans sa vie. Par contre ce n’est toujours pas un motif d’interdiction de concert et quand tu en es réduit à des attaques type « il est pote avec untel et untel est méchant », c’est vraiment la détresse mais ça ils mettront sans doute un mois entier à le réaliser. Ceci dit, ça a ouvert la porte à la chasse aux vieilles vidéos, soit pour prouver les mauvaises fréquentations du rappeur, soit pour déterrer des déclarations de grand remplaceur. Sauf que ce jeu peut parfaitement se jouer à deux. Il suffit à Médine de mettre en avant certaines de ses interviews où il exprime des opinions tout à fait normales voire ouvertement progressistes et ça fait contrepoids. Mais au-delà de ça il a deux cartes particulières à placer.

La première, c’est le clip issu de la B.O du film Mauvaises Herbes, de Kheiron. Elle présente plusieurs avantages. Déjà il y a Catherine Deneuve qui dab et André Dussolier qui parle, donc par définition c’est l’inverse d’un contenu violent. En plus il y a des gosses qui dansent, le film que ça illustre est un feel-good movie sur la rédemption, bref Médine y pratique un rap pour enfant. Ça donne un très mauvais morceau mais ça peut au moins lui servir à rassurer des idiots.

La seconde est une sorte de fatality absolue puisqu’à l’époque de l’album Arabian Panther, un petit malin avait demandé à Médine son avis sur la polémique autour du mariage pour tous (on était à l’époque de la manif' pour tous, etc). Et à partir de 8min30 on a une réponse parfaite qu’on peut résumer par « évidemment le mariage gay n’est pas compatible avec l’Islam mais en tant que citoyen français je suis pour l’égalité donc ils devraient avoir le droit de se marier sans discrimination par rapport aux autres ». Je m’en souviens bien parce que je m’étais dit qu’un jour je ferais une super vanne en l’appelant l’Arabian Panthère Rose à partir de cette vidéo. Et au final je suis obligé de la ressortir juste pour prouver que le mec n’est pas Daesh friendly, la vie est pleine de surprises.

Défier Damien au grappling

Apparemment toute cette formidable aventure est partie d’un dénommé Damien. Pour la faire courte, c’est l’archétype du faf mais en plus désœuvré. C’est-à-dire qu’un marcassin de base va se contenter de planquer du jambon de Bayonne au rayon halal de son Lidl avant d’aller sur Facebook pleurnicher contre l’invasion musulmane parce qu’il a aperçu une fille voilée dans le public de TPMP ; on n’est pas exactement sur l’élite de la nation. Damien est un peu la mascotte de ces gens-là dans la mesure où il va plus loin, se déplaçant dans les Alpes pour « repousser les migrants », ce genre de trucs. Apparemment son mois de mai était plutôt tranquille, donc il a d’abord tenté de déclencher une polémique sur Booba, ce qui a lamentablement échoué, avant de jeter son dévolu sur Médine. C’est donc quelqu’un qui se fait chier dans la vie, du coup il est possible qu’il accepte un pari débile qui le conduirait à affronter le rappeur au grappling pour régler cette histoire une bonne fois pour toute.

Se métamorphoser

C’est radical mais aux grands maux les grands remèdes : s’il devient vraiment tricard, il faut qu’il s’adapte. Se raser la barbe est un bon début, se faire une crête serait un petit plus, et s’il se présente en disant qu’il s’appelle Kévin c’est encore mieux. Une sextape et un snap dans lequel on le verrait bourré en boîte en plein ramadan seraient également bienvenus. Sur un malentendu ça peut marcher.

Faire le mort

Cela peut passer pour une solution un peu simpliste mais plusieurs éléments sont à prendre en compte. Déjà, les deux dates du rappeur au Bataclan sont programmées le 19 et 20 octobre prochain. Ça laisse quatre mois d’attente. Les opposants au concert les plus déterminés n’étant pas franchement des fins stratèges, on peut imaginer qu’entre la Coupe du Monde, les vacances d’été et les rendez-vous au Pôle Emploi, ils se désintéresseront peu à peu de l’affaire, voire l’oublieront totalement. Il suffirait donc que Médine cesse simplement de communiquer là-dessus et attende que les petits champions se trouvent un autre sujet d’indignation ; par exemple Mennel aura sans doute sorti un nouveau single d’ici là, ça peut détourner leur attention. Un peu comme quand tu lances un caillou contre un mur dans Hitman et que les gardes à l’intelligence artificielle ultra-limitée se précipitent à l’opposé de l’écran en te laissant le champ libre.

Ensuite, cette méthode a déjà porté ses fruits. En l’an de grâce 2015, Booba avait subi une polémique assez similaire bien que ne portant pas sur un concert. En gros, suite à une rime et des propos en interview, des gens sans doute fragiles et sûrement stupides avaient estimé que B2O faisait ni plus ni moins l’apologie du terrorisme et insultait les morts de Charlie Hebdo. C’était évidemment un peu tiré par les cheveux mais pendant 2 semaines, tous les chiens étaient lâchés, de Laurent Gerra à Christian Estrosi en passant par Ruquier et Audrey Pulvar. Mis à part un ou deux post Instagram, le rappeur de Boulogne avait sagement attendu que les choses se tassent. Et ça a marché. En fait ça marche toujours quand tes adversaires sont nuls, c’est vraiment une base à ne pas négliger.

Faire un featuring avec Kroc Blanc

Kroc Blanc est une figure de la sphère identitaire très branchée patriotisme, nationalisme et forcément anti-grand remplacement, mais c’est avant tout un rappeur exécrable, ce qui explique sans doute qu’il porte un masque SM dans tous ses clips. Or Médine semble aimer les morceaux-débats sous la forme de clash fictif, comme notamment Blokkk Identitaire où lui et Youssoupha s’affrontent « pour de faux » ; c’est mimi mais on a toujours l’impression qu’ils se tirent dessus au pistolet à eau. Alors qu’avec un spécimen comme Kroc Blanc, ce serait une vraie opposition et ça calmerait peut-être ses potes, même s’il est certain que Médine l’exploserait niveau rap.

Faire des morceaux sur le viol plutôt que sur la politique

C’est toujours moins risqué. Ca peut paraître un tantinet touchy en pleine période #BalanceTonPorc mais pas d’inquiétude, d’autres s’en sortent très bien depuis de nombreuses années. On se rappelle par exemple du groupe Au Bonheur des dames et de son tube Pauvre Laura qui décrivait de manière hilarante un viol collectif. Jusqu’à aujourd’hui, personne ne les a jamais empêchés de jouer sur scène pour ça et tant mieux, franchement en live ça doit être un grand moment.

Confier sa communication à la fachosphère jusqu'à la fin de sa carrière

On va être honnête, le plus étonnant dans toute cette histoire c’est que des auditeurs de rap, en 2018, soient réellement prêts à payer pour voir un concert de Médine. Par contre dès le début de l’affaire, à la toute première pétition pour interdire le show, les avis étaient unanimes : c’est le meilleur teasing de concert de toute la carrière du rappeur, en terme d’efficacité il est passé devant la promo de la tournée de Jay-Z et Beyoncé à base d’extraits de leur album photo d’exhibitionnistes, et pourtant déclasser les cuissots de Miss Carter c’était pas gagné, m’enfin on s’éloigne du sujet là. N’empêche, « Médine va crucifier des laïcards », tous les fans de métal vous le diront, ça a vraiment de la gueule comme accroche.

Jouer sur les fantasmes des attardés

Du coup, le rappeur devrait aller jusqu’au bout et revendiquer cette nouvelle image qui le place à mi-chemin entre Ben Laden et Ozzy Osbourne (je m’y connais pas assez mais ce con a déjà bouffé une chauve-souris sur scène). Évidemment il faut que toute la scénographie suive : quand Guantánamo était à la mode, Médine déboulait sur scène en tenue de prisonnier, là il doit clairement sortir le treillis avec du faux sang dessus, une kalash dans le dos et une machette à la ceinture, le tout avec des mannequins cloués à des croix qui émettent des sons de temps à autre pour faire ses backs et certains refrains. Il pourrait même faire d’une pierre deux coups en invitant les Eagles Of Death Metal à le rejoindre sur scène pour une série de remixes hardcore, et là la boucle serait vraiment bouclée. En plus le groupe est composé de ploucs pro-armes à feu et anti-avortement, a priori c’est raccord avec un rappeur terroriste.

Faire un featuring avec la chanteuse China Moses

Parce que ça ferait un feat Médine-China. Made in China. Comme sur les étiquettes. Alors ok ça ne réglerait pas ses problèmes mais ce serait super drôle.

Détourner une mineure et/ou tuer une femme à mains nues

Parce que pour une raison inconnue, en France, ce genre de condamnations judiciaires a l’air de passer beaucoup mieux que ce dont on accuse Médine, même si ce ne sont absolument pas des faits avérés dans son cas.

À l’inverse, quand Bertrand Cantat décide de reprendre la musique et donc logiquement de se produire sur scène, certes cela suscite des remous parmi des associations féministes, mais l’intégralité des médias d’actualité ne se sent pas obligée de faire des sujets et des débats en boucle, idem pour les politiciens. Ça va même plus loin puisque le bonhomme se voit défendu par une partie de la presse, qui voit d’abord un profil d’artiste maudit et tourmenté, et ça c’est quand même ultra-vendeur.

Si le meurtre semble un peu extrême, pas grave, ça marche également pour les rapports avec des mineur(e)s, cf l’accroche merveilleuse du documentaire sur Brigitte M.

Mais il y a mieux puisque ça fonctionne même quand les rapports avec les mineurs sont non consentis. En tout cas, dans le milieu du ciné et de la littérature française, c’est presque devenu un gage de qualité. Cependant le plus intéressant pour Médine reste son milieu professionnel et bingo, en 2011 les trois quarts des rappeurs avaient donné de leur personne pour défendre Pierre Bellanger, PDG de la radio Skyrock condamné pour corruption de mineure (avec des sympathiques témoignages qui parlaient de douches froides, rapports forcés, jeux sexuels tordus, coups, etc). Du coup, si Médine faisait la même chose, logiquement il aurait tout le rap français derrière lui. À moins que ce soit juste parce qu’ils avaient peur pour leurs relevés SACEM, difficile de savoir, mais dans le doute ça se tente.

Rappeler qu'il existe bien pire que lui

Quand Big Flo et Oli ont fait Bercy, personne n’a levé le petit doigt. Alors que pour achever de pervertir la jeunesse ils ont ramené sur scène par surprise Squeezie, Kev Adams et Gad Elmaleh. Ce même Kev Adams qui sera en solo au Bataclan presqu’un an pile après le Havrais. L’a-t-il fait exprès ? Est-ce vraiment faire honneur aux morts que de multiplier des blagues d’une médiocrité sans borne dans la salle qui les as vus agoniser ? L’Histoire jugera. Mais, plus proche de nous et plus dangereux encore, il y a une menace bien pire que Médine au Bataclan en octobre, c’est le retour de Kyo à Bercy le 24 novembre. Et ça ce n’est pas seulement une insulte pour les morts, c’est aussi une insulte pour les vivants, quelle que soit leur confession, leurs origines ou leurs opinions politiques. Si on interdit Médine, il n’y a aucune raison que tous les autres restent impunis.

Expliquer qu'il n'est pas un cas isolé

À première vue on pourrait se dire que ce qui arrive à Médine relève d’un cas très spécifique. Le gars cumule quand même l’Islam, le rap, la provoc' et le Bataclan ; il lui manque juste une accusation d’antisémitisme pour avoir la Quinte Flush Royale. Sauf que concrètement puisque personne ne peut rien prouver de directement répréhensible, le seul moyen « d’interdire » un concert de l’artiste est simple : il faut que la préfecture estime que les menaces qui pèsent sur la salle sont telles qu’on n’a pas d’autre choix que d’annuler la représentation pour éviter les risques de violence et de trouble à l’ordre public.

Là encore on pourrait objecter que cette foire aux mongols s’est déclenchée uniquement parce que Médine coche toutes les cases ou presque pour en être la victime. Sauf que cela s’est déjà produit pour Black M à Verdun, une prouesse dans la mesure où les génies ont réussi à faire passer un bisounours pour un grizzli. Même technique, en partant des réseaux sociaux et en enflant peu à peu jusqu’à ce que les pouvoirs publics jettent l’éponge. Et quelle que soit la médiocrité de la musique ou du spectacle en question, l’idée même qu’un groupuscule de crétins puisse décider de qui peut ou pas faire des concerts dans un lieu donné n’est que modérément enthousiasmante.

Envoyer sa musique à Daesh afin d'obtenir des menaces de mort de leur part

Parmi les innombrables commentaires des membres du lobby Cochonou, on a trouvé plusieurs fois des éclairs de génie dont le génial « si ça avait été Médine le soir du 13 novembre, vous pensez vraiment que Daesh aurait attaqué ? », ce qui signifie :

- que ces personnes ignorent que les musulmans sont les premières victimes du terrorisme,

- que ces personnes ignorent qu’un intégriste est contre la musique en tant que telle,

- que ces personnes pensent qu’un terroriste va voir un musulman faire du rap devant une foule mixte et penser « t’es un bon, poto ».

Du coup, il suffit juste que Médine envoie plusieurs de ses clips à Daesh via le web et le tour est joué, il passera automatiquement dans le camp des victimes. C’est un peu risqué mais on n’a rien sans rien.

Arrêter la provoc' à deux balles et assumer

Médine a toujours joué la carte de la provoc', depuis le début de sa carrière, généralement avec la subtilité d’un sumo qui essaierait de faire de l’escrime. Son vrai combat c’est dénoncer la stigmatisation mais pour le faire il utilise les pires clichés pour les retourner contre ceux qui les appliquent. Une méthode percutante mais qui exige beaucoup, beaucoup de finesse pour fonctionner, or le rappeur a souvent fonctionné sur des « coups » qui sont compris du public rap ou de n’importe qui prenant la peine de l’écouter en profondeur mais qui sont inadaptés pour le grand public. Le plus dommage étant qu’au bout d’un moment, ça donnait presque des morceaux vides de sens qui ne marchaient que par leur effet d’annonce, souvent un titre choc sans rien derrière.

Le problème c’est que Médine a également les réactions d’un ado qui n’assume pas grand-chose, ni certaines de ses fréquentations ni ses prises de position. C’était déjà le cas dans son opposition avec Skyrock qui a donné une curieuse relation je t’aime/moi non plus alors qu’il s’érigeait en indé carrément opposé à ce média qui l’avait snobé avant de revenir sur ses propos, etc. Du coup, alors qu’il a aujourd’hui LA polémique frontale qu’il a attendu toute sa carrière, il se retrouve réduit à faire un communiqué où il se justifie. On dirait presque Drake qui tente d’expliquer que son Blackface était une performance artistique, c’est un signal de défaite en période de clash. Le bon réflexe serait au contraire de tout capitaliser là-dessus, soit en sortant un morceau voire un projet surprise centré sur le thème soit en jouant un coup de com' qui pour une fois aurait été bienvenu et non vide de propos. Quant à ses amis « sulfureux », que ce soit vrai ou non, il n’est pas responsable de leurs paroles ou actes, donc autant envoyer chier tout le monde comme Alain Delon quand on lui demande pourquoi il est pote avec Jean-Marie Le Pen. Faut pas se laisser emmerder dans la vie.

Faire appel au bon sens des gens

Non c’était pour déconner. Mais disons que dans un monde parallèle inversé, il serait tout à fait possible de débattre dans le calme sur la pertinence de la démarche de Médine et de sa programmation au Bataclan sans chercher à l’interdire de force. Il serait également possible d’être en total désaccord avec son point de vue sans vouloir le faire passer pour un infâme égorgeur d’infidèles. Mais pour ça il faut aussi qu’une autorité supérieure arrête de faire les yeux doux à la frange la plus conne des réseaux sociaux (devant les fans hardcore de manga, c’est dire le niveau), en oubliant une réalité qu’il faut bien rappeler : l’écrasante majorité des gens n’en a strictement rien à secouer de toute cette histoire et ne connaît pas Médine. C’est ce qui s’est passé pour Niska à Ivry. Invité à donner un concert gratuit pour la fête de la ville, il a déclenché l’ire d’une asso de féministes à cause de certains textes portés sur le zizi-panpan. La mairie a dit que le concert aurait lieu de toute façon, mais le collectif Femmes Solidaires est venu sensibiliser le public en amont. Sans le hashtag qui met sur un pied d’égalité Niska et Bertrand Cantat ça aurait presque été intelligent, mais bref, prenez cette action comme modèle : inutile, mais pas trop chiante. C’est quand même pas si difficile que ça.

Yérim Sar est sur Noisey.