On a demandé à Tony Hawk de classer les bandes-son de ses jeux vidéo

Le skateur légendaire revient sur sa non moins légendaire série de jeux vidéo et nous révèle ses bandes-son préférées.

|
08 janvier 2019, 10:44am

Range Tes Disques est une rubrique dans laquelle nous demandons à un groupe ou un artiste de classer ses disques par ordre de préférence.

La franchise de jeux vidéo Tony Hawk’s Pro Skater a fait beaucoup de choses pour le skateboard. En plus d’offrir aux skateurs le premier jeu objectivement jouable dans l’histoire de leur sport, il a permis de faire passer la culture du skateboard underground au niveau mainstream. Depuis sa première édition en 1999, la série de jeux vidéo Tony Hawk a fait entrer des noms alors inconnus de skateurs professionnels et le jargon du skateboard dans les foyers de millions de personnes. Si votre grand-mère sait ce qu’est un kickflip, Tony Hawk en est probablement la raison. Ces jeux vidéo extrêmement populaires ont également donné une plate-forme énorme à l’une des composantes les plus intégrantes de la culture du skateboard : sa musique.

Grâce à ses bandes-son, la franchise Tony Hawk a été un outil de découverte musicale influent, faisant connaître aux joueurs des centaines d’artistes, principalement issus du monde du punk et du hip-hop, des Dead Kennedys aux Blackalicious. Et pour les millions de personnes qui ont grandi en jouant à ces jeux, entendre « Superman » de Goldfinger ou « When Worlds Collide » de Powerman 5000 suffit pour déclencher instantanément chez eux une nostalgie juvénile.

Si Tony Hawk n’a pas curaté toutes les bandes-son lui-même, ses goûts s’y reflètent assurément. « Pour pratiquement chaque jeu, je leur donnais une liste d’au moins 20 à 30 groupes ou chansons qui me semblaient appartenir au même genre ou avoir la même influence, explique Tony Hawk. Et je leur disais : “S’il vous plaît, allez chercher ça pour moi.” »

Tony Hawk est revenu avec nous sur sa franchise de jeux vidéo et nous a révélé quelles étaient ses bandes-son préférées.

1542206128527-pro-skater-5

Noisey : Tu as mis la plus récente en bas de ta liste. Pourquoi ?
Tony Hawk : À cause du manque de moyens disponibles pour la faire. Au moment de finaliser le jeu, ils avaient déjà complètement dépensé leur budget, en grande partie au niveau du développement. Il ne restait plus grand-chose pour la bande-son. Nous devions nous contenter de groupes qui nous donneraient des chansons pour pas cher. Cela ne veut pas dire que la qualité était différente, juste que la bande-son n’était pas aussi fournie. Ironiquement, je dirais que beaucoup de ces chansons ont été choisies par moi personnellement parce qu’elles étaient des faveurs d’amis.

C’était le jeu qui revenait aux origines des premiers, avec des descentes chronométrées, etc. Est-ce que ça t’a rappelé cette époque-là étant donné que tu as eu plus d’influence sur le choix de la musique ?
En fait j’ai pu choisir les morceaux moi-même parce que nous avions ce très petit budget et que je savais que je pouvais faire appel à des amis qui m’en devaient une.

Pas trop mal comme situation.
Ouais, mais la bande-son n’était pas aussi complète qu’espérée.

1542206151670-12-tony-hawk-shred

Même problème : aucun budget, peu de moyens, on essayait de faire au mieux avec ce qu’on avait.

1542208427554-11-tony-hawk-ride

Il y avait un tas de chansons que je trouvais vraiment bonnes sur celle-là. Je crois aussi qu’on avait eu Beck sur celle-là.

Ouais, il y avait « Gamma Ray » dessus.
Ouais. À mes yeux, on arrivait à l’âge adulte en ayant Beck sur notre bande-son.

Il y a quelques gros noms sur celle-là. Queens of the Stone Age, Green Day…
[Il coupe] Yeah Yeah Yeahs.

Kenny Rogers.
Ah ouais [Rires].

Il y a toujours au moins une chanson sur la bande-son qui, je ne veux pas dire qu’elles sont des anomalies, parce qu’on peut trouver toutes sortes de morceaux dans les vidéos de skate, mais on peut entendre des trucs comme Suicidal Tendencies et Agent Orange, et puis on va entendre du Kenny Rogers.
Ouais, je pense que ça venait de l’influence originale de l’équipe de Neversoft. Joel Jewett, qui était à la tête de Neversoft, était ce genre de cow-boy super excentrique et drôle, mais vivant dans un environnement technologique. Du coup, un artiste comme Johnny Cash s’était retrouvé sur une bande-son même si je me rappelle plus laquelle.

C’était sur Underground 2 .
Ouais, ça c’était typiquement une idée de Joel.

1542208445023-10-tony-hawks-downhill-jam

Celui-là était encore avec Neversoft, c’est ça ? Il y avait beaucoup de vieux punk californien, avec des trucs comme Descendents, mais il semblait que ça représentait plutôt ce qui marchait bien à l’époque, comme du metalcore ou du pop punk des années 2000.
Ouais, c’était plutôt une représentation du public visé avec ce jeu, parce que c’était notre premier jeu sur Wii. Alors il fallait rajeunir un peu la bande-son. C’était donc bien intentionnel qu’il y ait plus de groupes populaires, moins expérimentaux… enfin, moins punk quoi, pour ainsi dire.

Il y avait quand même certains de ces artistes que l’on est en droit d’attendre d’un jeu Tony Hawk, comme Bouncing Souls et Public Enemy.
Je pense qu’on essayait tout simplement d’aller davantage vers des trucs mainstream.

1542208462233-9-tony-hawks-project-8

Je ne me souviens pas exactement de Projet 8. Je pense qu’à ce moment-là, la franchise commençait à devenir si grosse que je commençais à en perdre le fil et peut-être même son contrôle. Pas complètement, mais c’était vraiment difficile de voir cela comme un ensemble cohérent, pour ainsi dire. Je pense juste que ça commençait à devenir si gros qu’il était difficile de rester concentré dessus.

1542208486769-8-tony-hawks-pro-skater-3

J’étais un peu surpris de voir Tony Hawk’s Pro Skater 3 classé aussi bas. C’était le premier sur PS2, où vous aviez plus de mémoire pour mettre physiquement plus de musique sur un jeu. C’est celui dont je me rappelle où il y avait aussi des trucs comme AFI et cKy.
Je ne sais pas… quand je pense à l’histoire et à la culture du skate, je ne pense pas à AFI et à cKy. C’est probablement à cause de ça. Ils sont liés au skate et aux sons du skate, mais pas, pour moi, à son histoire.

Il y avait aussi « Blitzkrieg Bop » sur celle-là.
Ouais… en fait, en toute vérité, je ne suis pas le plus grand fan des Ramones.

Je ne vais pas me sentir insulté, mais certaines personnes qui liront ceci seront probablement déçues.
Je ne sais pas. Je ne l’ai jamais été, vraiment. Pour moi, c’était plutôt un truc de la côte est. Et je sais qu’ils font définitivement partie des fondations du punk, mais ça ne m’a pas touché de la même manière que les Dead Kennedys ou les Circle Jerks.

C’est drôle, il y a quelques groupes sur cette bande-son que je considère personnellement comme des « groupes Tony Hawk ». Par exemple, impossible d’entendre la chanson de Bodyjar sans penser à ce jeu.
Ouais bien sûr.

Bon, évidemment, les gens ne vont pas forcément ressentir ça avec « Blitzkrieg Bop », mais je pense que beaucoup de gens pourraient voir ça comme le moment où ils ont été initiés à certaines musiques à partir du jeu vidéo.
Oh complètement, et j’en suis fier.

1542208502910-7-tony-hawks-proving-ground

Celui-là était le dernier avec Neversoft. Est-ce que tu savais que ça serait la dernière fois que tu travaillerais avec eux ?
Non, en fait, ils avaient commencé à travailler sur un nouveau jeu. On avait commencé à mettre en place les premiers détails d’un nouveau jeu après celui-là, avant qu’ils décident de mettre tous leurs moyens dans Call of Duty.

Est-ce que cela a eu une incidence sur le budget de la bande-son ? Parce qu’elle était quand même très bonne.
Non, c’était encore pendant la période de vaches grasses. C’était clairement à l’époque où on allait encore bien, juste avant que Skate ne sorte. Je pense que leur décision était due à ça : une fois que Skate est sorti, ça a en quelque sorte partagé notre marché, y compris les ventes. Et c’est à partir de là qu’ils ne pouvaient plus compter sur le fait de faire des gros chiffres.

Vous aviez encore de grands noms comme Nirvana et les Foo Fighters. Et « Sympathy for the Devil » est dessus. Peut-être « l’anomalie » de cette bande-son d’ailleurs.
J’imagine, mais je ne sais pas trop. J’ai l’habitude de penser que même cette chanson est plutôt liée, même par procuration, au punk, tu vois ? Comme Jane’s Addiction. J’ai toujours pensé qu’il y avait quelques morceaux des Rolling Stones qui faisaient partie de notre genre de musique.

1542208553008-4-tony-hawks-underground-2

Pour moi, c’était tellement un jeu et une bande-son d’une ampleur immense. J’ai aussi l’impression que tu partageais ce jeu avec Bam Margera. A-t-il participé à la bande-son ? Et à ce sujet, est-ce que certains des skaters dans le jeu ont eu leur mot à dire ?
Hmm, ouais, je ne me souviens pas d’exemples précis mais bien sûr, cKy est dedans à cause de Bam, ça c’est clair. Je ne me souviens pas si HIM étaient dans la bande-son ou pas, mais s’ils l’étaient, c’était à cause de Bam.

1542208593704-tony-hawks-pro-skater-2

J’étais surpris que celle-là soit aussi bas. C’est celle que tu as dit être la « première » dans ta tête.
C’est juste que, certes j’adore cette bande-son, mais c’est le premier jeu qui avait donné le ton, alors j’ai dû garder les meilleures places pour lui. Dans le second, il y a des morceaux que j’aime vraiment, mais il y en avait plus de groupes plus récents. C’est pour ça que je ne l’ai pas mis dans les premières places.

Après avoir fini la bande-son du premier, tu t’y étais consciemment pris différemment pour cette suite ?
J’ai juste essayé d’inclure plus de groupes que j’avais l’habitude d’écouter.

1542209095440-4-tony-hawks-underground

Celle-là a définitivement été un tournant pour la franchise à bien des égards.
Ouais, celle-là était vraiment énorme. La tracklist avait presque triplé ou quadruplé de taille à partir de jeu-là.

Tony Hawk 4 était important, mais ce jeu était le premier avec une vraie histoire, comme dans un film. Cela a-t-il joué dans la création de la bande-son ?
Je n’ai pas participé à ces conversations, mais il est certain que le fait que les cinématiques allaient avoir autant d’importance a fait que l’on a voulu en tirer profit.

1542209118493-3-tony-hawks-pro-skater-4

Je pense que ce qui m’a donné envie de mettre cette bande-son aussi haut dans le classement, c’est la présence des Toy Dolls, des Sex Pistols, de De La Soul, et de « TNT » [d’AC/DC]. Rien que ça suffisait. « TNT » était le morceau à succès de cette bande-son.

Comment Chad Muska t’a-t-il convaincu de mettre trois de ses chansons produites sous son alias Muskabeatz sur celle-ci ?
[Rires] Faudrait voir ça avec le département musique.

Donc en quelque sorte, il a placé ses morceaux ni vu ni connu derrière ton dos ?
Ouais, mais ça a marché ! À ce moment-là, je faisais complètement confiance au département musique. On avait déjà fait tellement de choses et on avait eu tellement de succès que je savais qu’ils savaient ce qu’ils faisaient, de la même façon que je savais que les gars de Neversoft comprenaient enfin le skateboard. On n’avait pas eu à leur expliquer les nuances ou les principes de base.

C’est vraiment un bon point. Évidemment, le skate était important pour les gens qui en faisaient, mais il fallait l’introduire auprès des masses et le commercialiser auprès de gens qui, autrement, n’y auraient probablement pas fait attention ou n’y auraient rien compris. La musique a évidemment joué un rôle important dans le fait de représenter la communauté du skate de façon précise et appropriée. C’était intimidant ?
En vérité, ce n’était pas intimidant parce que pour moi c’était surtout excitant. On était libre de faire ce qu’on voulait, sans avoir d’espèce de grosse agence marketing en train de nous dire quoi faire, genre : « Non, le nouveau groupe à la mode, c’est eux » ou « Non, c’est ça que les jeunes écoutent ». Rien de tout ça. On représentait le skate, donc on était en mesure de s’approprier notre culture et son histoire pour l’inclure dans la bande-son.

On dirait que tu as vraiment eu de la chance avec Neversoft, le fait qu’ils comprenaient la culture skate.
Je dirais que la beauté dans tout ça, c’est que ces groupes étaient très contents d’avoir cette exposition, parce qu’ils n’étaient clairement pas en haut de l’affiche à l’époque. Et c’était probablement un peu moins cher à l’époque, même auprès des labels. Tout le processus d’apprentissage de Neversoft, le fait de leur apprendre à faire du skate et leur enseigner la culture, ainsi que de ramener ce crew entier de skateurs, c’était vraiment fun pour moi. Et il faut reconnaître qu’ils s’y étaient mis à fond. Ils vivaient skateboard. Ils organisaient carrément une journée Neversoft tous les quinze jours dans un skate park. Ils traînaient tout le monde là-bas, c’était quoi le nom déjà, Skate Street ? Un type s’y était cassé la cheville. Ils avaient organisé un concours de kickflips dans leur bureau. Ils étaient vraiment à fond.

Après le troisième jeu, je n’avais même plus besoin de leur expliquer ce qu’était un trick ou qui faisait quoi, parce qu’ils dévoraient chaque vidéo de skate ainsi que chaque magazine, et ils comprenaient les noms des tricks. C’était vraiment cool.

1542209292579-2-american-wasteland

Je suis vraiment excité à l’idée de parler d’American Wasteland.
Ah, ce jeu était si génial. C’était le plus fun pour moi parce que j’avais pu non seulement faire des demandes de morceaux, mais aussi auprès des groupes. Alkaline Trio a fait « Wash Away ». La chanson originale de TSOL est super difficile à trouver, mais l’enregistrement n’était pas bon de toute façon.

Tu avais spécialement choisi cette chanson pour eux, ou tu avais pris contact avec eux et leur avait juste demandé de faire une reprise ?
On avait fait une proposition ouverte, en quelque sorte. Du genre : « Hey, on aimerait que vous fassiez une reprise de vieux groupes punk, genre ça, ça ou ça. » Et puis on les laissait faire leurs choix.

Je réécoute la reprise d’Alkaline Trio et celle de « Sonic Reducer » par Saves the Day tout le temps.
Voilà également. Je me souviens avoir vu Ian MacKaye à l’époque, et on discutait de la bande-son. Et il m’a dit : « Ouais, je crois que Thrice veulent reprendre “Seeing Red”. » Mais tu sais, il n’est pas du genre à bosser avec des boites ou à laisser quiconque utiliser sa musique. Et là il a dit : « Je crois qu’on va les laisser faire. » C’était vraiment cool. C’était l’une des meilleures validations que j’aurais pu obtenir – Ian MacKaye approuvant quelqu’un faisant une reprise pour notre bande-son.

1542209305791-1-tony-hawks-pro-skater

On termine enfin avec la toute première bande-son. Quand on t’a approché pour faire ce jeu, quelle avait été ta première discussion à propos de la musique ?
Tout ce qui était lié au skate et à mes souvenirs en rapport avec le skate était choisi d’office. Comme les Dead Kennedys et Primus, qui étaient le haut du panier. C’est drôle, parce que j’avais enlevé les Dead Kennedys, pensant qu’il n’y avait aucune chance qu’on puisse utiliser une de leurs chansons à cause des paroles. Et quand les gars de Neversoft sont revenus vers moi et m’ont dit : « Ouais au fait, on peut utiliser “Police Truck”. » J’étais là : « Non mais vous avez écouté “Police Truck” ? Vous savez de quoi ils parlent dedans ? »

Le morceau était censuré par contre, c’est bien ça ?
Ils l’ont censuré, mais je n’avais juste jamais imaginé qu’il puisse être censuré.

Un peu comme Ian MacKaye qui donne le feu vert pour utiliser des chansons de Minor Threat, Jello Biafra n’est pas du genre à accepter à la censure. Il était assez clair là-dessus.
Ils ont juste enlevé les « shit », « dick », tous ces trucs.

Est-ce qu’il y a un artiste ou un groupe que tu as toujours voulu, mais que pour une raison ou une autre, ça ne s’est jamais fait ?
C’est une bonne question. Je crois qu’il y en avait un, mais je crois qu’on l’a eu plus tard. Je crois que « Wild in the Streets » était sur une bande-son, non ? Je crois que c’est ce que je voulais au début.

C’était un morceau que tu voulais pour le premier jeu ?
Ouais. Mais il faut que je te raconte quelque chose à ce sujet. Parce que même pour le premier jeu, j’ai approché certains skateurs. Ils étaient sceptiques, et ont simplement choisi de ne pas faire partie du jeu. Personne ne savait ce que ça allait donner ni comment ça allait représenter le skate. Alors certains se sont retirés. Eric Koston n’était par exemple pas dans le premier jeu. Je pense que c’était probablement la même chose pour la bande-son. Je n’ai pas participé directement à ces discussions, mais je crois que certains groupes hésitaient parce qu’ils ne savaient tout simplement pas ce que ça allait donner.

Y a-t-il autre chose que tu voulais ajouter au sujet des bandes-son que j’aurais oublié de demander ?
Je ne crois pas ! Pour les futurs jeux, je vais sentir une immense pression pour être à la hauteur des bandes-son qu’on a eu. J’ai vraiment l’impression que ces discussions à propos des bandes-son ont été les plus difficiles que j’ai eues, surtout avec les jeux les plus récents. On avait un budget limité qu’on devait répartir. Il y a certains morceaux qu’on n’a tout simplement pas pu obtenir parce qu’on n’avait pas assez d’argent. C’était frustrant à l’époque, et savoir que les gens en attendent toujours beaucoup est quelque chose qui me tient toujours à cœur, tu sais ? Je garde toujours bien ça en tête.

Est-ce qu’il est arrivé qu’un artiste t’approche pour être dans une bande-son et que tu ne sois vraiment pas convaincu que ça soit une bonne idée ?
Ouais, des artistes définitivement plus mainstream, des trucs plutôt pop. Ils me disaient : « Oh, je veux vraiment un morceau à moi dans ce jeu ! » Je me contentais de dire à quelqu’un d’autre de leur dire non. Je suis presque sûr que… c’est qui la fille des Black Eyed Peas ?

Fergie.
Fergie, ouais. Je crois qu’un jour elle m’avait dit qu’elle voulait que je mette une chanson à elle dans un jeu, et je lui avais alors dit un truc du genre : « Ouais, je sais pas trop. Ça va probablement pas aller avec le style du jeu. » Mais ce n’est pas simple, parce que tu veux être gentil avec tout le monde et respecter leur expression artistique. Mais ça ne correspond parfois tout simplement pas à notre genre ou à notre public.

Cet article a d'abord été publié sur Noisey US.

Brendan Menapace est sur Noisey.

Noisey est sur Facebook, Twitter et Flipboard