Esteban Wautier

Mesdames et messieurs, voici la première interview d'Alkpote sans les mots « suce » ni « pute »

On est allés retrouver l'Empereur de la Crasserie pour parler de Gucci Mane, de Manuel Valls, de son amour pour la France, de sa haine des interviews et de ses projets à venir.

par Genono
|
juil. 10 2017, 6:32am

Esteban Wautier

Depuis qu'il a annoncé sa volonté de prendre sa retraite il y a quatre ans, Alkpote est devenu l'un des rappeurs les plus productifs de France, un peu comme s'il avait accepté sa propre mort et qu'il s'offrait un dernier baroud d'honneur, en consacrant toute son énergie à enregistrer un nombre incalculable de projets, plutôt qu'à penser à l'après-carrière. Le Alk que l'on a connu à l'époque d'Unité 2 Feu est en effet bel est bien mort et enterré : l'âme du rappeur amoureux de son art a disparu, et c'est désormais un corps vidé du moindre sentiment qui a pris sa place. Son fonctionnement est presque robotique : je rappe, je clippe, je monte sur scène. Avec pour seule finalité, un chèque à la fin du mois et l'assurance de remplir correctement son frigo.

Mais contrairement à toute une tripotée d'artistes sans âme qui ont accepté de transformer leur musique raffinée en soupe populaire, Alkpote continue à accomplir un travail d'orfèvre, et s'il n'a plus d'amour pour sa musique, elle a tout de même conservé son âme, sa texture et ses couleurs. La saison 2 des Marches de l'Empereur, diffusée progressivement sur Youtube depuis un peu plus d'un an, et disponible en version album depuis le 7 juillet, en est une nouvelle preuve. Pendant tout une année, Alkpote a ainsi pris un malin plaisir à martyriser tous ses invités en featuring, tout en enchaînant les apparitions sur les projets d'autres rappeurs, sans distiller la moindre interview. La sortie de ce nouveau disque -entièrement produit par DJ Weedim- était donc le prétexte parfait pour passer quelques heures avec l'autoproclamé Empereur de la Crasserie. L'occasion d'évoquer Gucci Mane, Manuel Valls, la saison 3 des Marches de l'Empereur, la France Profonde, le prochain album, et tout un tas d'autres sujets, sans jamais prononcer une seule fois les deux mots préférés d'Alk, « suce » et « pute ».

Photo - Esteban Wautier

Noisey : Il y a quelques heures, tu étais au Zénith de Paris, en première partie de Gucci Mane et Rae Sremmurd. Est-ce que tu as ressenti quelque chose de particulier au moment de monter sur scène ?
Alkpote : Ça me fait rien, tu sais …

T'as pas vu ça comme une forme d'accomplissement ?
Nan, c'est comme si je faisais un concert à Carrefour. Je ne vois aucune différence.

Pourtant, Gucci Mane, c'est un rappeur que tu apprécies particulièrement.
Franchement, oui, j'apprécie. J'apprécie beaucoup, même. Mais j'en ai rien à foutre des américains, de faire un concert pour eux, ou avec eux. Je m'en fous.

Beaucoup d'autres rappeurs français auraient aimé être à ta place.
Ouais, en plus je fais d'autres dates avec lui. La prochaine, c'est les Eurockéennes, à Belfort. Je sais qu'ils auraient tous voulu être à ma place … Mais j'te jure, je m'en fous. Ça peut être Jay-Z, Gucci Mane, ou n'importe qui d'autre, n'importe quel américain, ça me fera le même effet.

Tu fais plus de grosses scènes et de gros festivals cette année.
Je fais plus de scènes tout court. Plus de concerts, plus de festivals.

Il y a une raison à ça ? Tu as une meilleure organisation, des meilleurs contacts ?
J'ai un bon manager ! Je bosse avec lui depuis le début de l'année, c'est grâce à lui. Bisous à Krang.

Sachant que tu exprimes souvent le regret de ne pas assez voir tes enfants, ou ta famille, à cause du rap, est-ce que cette omniprésence sur les scènes de France ou d'ailleurs ne pose pas problème ?
Il faut bien que je remplisse le frigidaire, et que j'habille mes enfants. Ils n'aiment que la marque. Ils ne veulent pas faire leurs courses à Lidl, ils préfèrent Carrefour. Ils veulent les produits qu'ils voient à la télé à l'heure de la publicité. Que de la marque, que des produits de ce genre.

T'es retourné à Planète Rap récemment, t'as retrouvé Fred après votre petite mésentente. Comment ça s'est passé ? Vous avez eu une discussion, comme un vieux couple après une dispute ?
J'y suis allé, et j'y retourne bientôt d'ailleurs, pour la Nocturne. On a eu une petite discussion vite, fait, mais tranquille, vous inquiétez pas, il n'y a aucun souci entre nous. Il m'a dit que c'était pas cool d'avoir publié son message, je lui ai expliqué que c'était mon seul recours. J'allais pas me laisser baiser la gueule par lui et son copain … J'insiste, c'était mon seul recours.

La saison 2 des Marches de l'Empereur est dans les bacs et sur les plateformes depuis vendredi. Le disque contient onze pistes, alors que tu en avais annoncé treize. Où sont passés les deux titres manquants ?
J'en ferai peut-être plus sur la saison 3, pour compenser. Je suis déjà sur la saison 3. J'avais beaucoup de travail, j'étais pressé de terminer ce projet. J'avais besoin de finir ça vite pour pouvoir passer à autre chose. Les Marches de l'Empereur, c'est quelque chose qui m'a pris énormément de temps. Comme la plupart des titres se sont faits avec des invités, tu sais ce que c'est, pas mal d'entre-eux m'ont fait galérer.

Dans ce cas pourquoi tu n'as pas fait plus d'épisodes en solo ?
Tout simplement parce que les solos, je les garde pour mon prochain CD, qui arrive bientôt. Ce sera le même principe que Sadisme et Perversion, avec uniquement des titres en solo. Du coup, sur Les Marches, quelques invités m'ont … Je vais pas dire qu'ils m'ont snobé, mais ils m'ont demandé d'attendre, pour des questions d'emploi du temps. Je pouvais pas me permettre d'attendre plus. J'avais déjà beaucoup attendu certains, et il fallait que le projet sorte.

Puisque tu m'as parlé de la saison 3, je profite de la perche tendue : qu'est ce que tu peux déjà nous dire à ce sujet ?
Prends ça comme une annonce officielle : il y aura une saison 3. Des feats, des clips, sur le même principe que la saison 2.

Le système de la saison 1, avec une caméra qui te suit en tournée, en studio, ou sur des séances photo, c'est terminé ?
C'est définitivement terminé. C'était trop … Absurde. C'est fini, je me concentre sur la musique.

Et donc la saison 3, tu prévois 13 épisodes ?
Je vais pas faire la même erreur que lors de ma dernière interview avec toi, à annoncer un chiffre. Mais c'est possible qu'il y en ait plus.

C'est prévu après la sortie du prochain album ?
Après, ou entre, je ne sais pas encore.

Et cet album, tu peux déjà en parler ?
Je peux, mais il n'est pas encore terminé. C'est pour ça que je préfère ne rien dire de vraiment définitif. Par exemple, je t'ai annoncé qu'il y aurait uniquement des solos, mais on sait jamais, ça peut changer.

Parmi les onze Marches de la saison 2, tu as un épisode préféré ?
Je les aime un peu tous, mais je dirais que j'ai une tendresse particulière pour l'épisode 8, avec Brigistone. J'aime bien aussi le 6, avec Leto … Ouais, y'en a 2-3 que j'aime vraiment bien. Mais je les aime tous.

Tu n'as fait aucun épisode avec Sidisid, qui était un peu ton partenaire attitré ces cinq dernières années.
J'ai fait un album commun avec lui l'année dernière !

Du coup t'as cherché à diversifier un peu tes collaborations, en allant chercher des personnes avec qui tu n'avais pas forcément eu l'occasion de travailler, c'est ça ? Et par conséquent, que faire un énième featuring avec lui, ça n'était pas forcément pertinent ?
Exactement.

Cette sortie est un peu particulière, parce qu'hormis le remix house de « Pyramides », tous les morceaux sont déjà connus, et certains depuis plus d'un an. Est-ce que tu n'as pas un peu d'appréhension concernant la réception de ce projet ?
Tu sais, le rap c'est fou. Les morceaux sont déjà sur Youtube, mais plein de gens vont les découvrir sur cet album. Je sais que ça peut paraitre bizarre, mais c'est comme ça.

T'as des attentes à ce niveau là ?
J'attends qu'on me découvre, qu'on découvre mes morceaux. Et l'autre objectif, c'est de rester là, dans le paysage, d'avoir une actu avant le prochain disque. Ça va faire patienter tout le monde.

C'était prévu dès le départ, cette sortie en CD ?
Nan, à la base c'était que des clips, et au fur et à mesure on a ressenti une forte demande, donc on a tout regroupé et on a tout sorti.

L'épisode avec Jarod a surpris tout le monde. On s'attendait à ce que ce soit un vrai duel entre kickeurs, une confrontation entre vous deux, et finalement, il chantonne sur le refrain. C'était une demande de ta part ?
Non, il a senti que c'était bon de faire ça … Moi, je force personne à kicker ou à chantonner, tu viens en studio et tu fais comme tu le sens. Je l'ai laissé sélectionner l'instru aussi. Mais moi ça me dérange pas, je trouve que ça change des autres Marches. C'est cool, je l'aime bien ce morceau, alors que c'est celui pour lequel j'ai eu le moins de bons retours. Quand il est arrivé, les gens n'étaient pas convaincus. Il leur a fallu plusieurs écoutes pour l'apprécier vraiment.

L'un de tes derniers morceaux s'appelle « Cigarette », en featuring sur la mixtape de Jok'Air. Sur ce titre, tu es crédité en tant que Serge Gainzbeur, un alias que tu utilisais beaucoup pendant les premières années de ta carrière, mais que tu avais fini par rejeter il y a quelques années.
Les fantômes du passé ressurgissent, tu sais… Ils reviennent d'outre-tombe. J'ai retrouvé un ancien slip, que je trouvais sympa, pas trop abimé. Alors je l'ai enfilé.

C'est un personnage que tu comptes donc faire revivre dans tes prochains projets ?
Pourquoi pas… C'est possible.

T'as l'air dépité, comme si ce retour se faisait contre ton gré.
Non, même pas. Mais j'ai plusieurs personnages, je peux en faire revivre des anciens, ou même en inventer des nouveaux.

On peut parler un peu de ta méthode d'écriture ? Comment tu fonctionnes ?
Ça dépend. Je note plein de phases dans mon téléphone, parfois je les réunis et ça donne un couplet. Parfois, j'écris les morceaux d'une traite. C'est très variable. Il peut m'arriver de trouver un flow, et de faire tout le morceau avec le même flow. Je peux trouver le flow avant la rime, ou la rime avant le flow, il n'y a pas vraiment de règle.

Étant donné que t'écris énormément, il y a des morceaux que tu laisses de côté, ou tout sort ?
Nan, tout ce que j'ai de côté, c'est pour mon nouvel album. Tout ce que j'écris, ça sort. Pour ne rien te cacher, j'ai même des freestyles à préparer pour certains médias, des textes inédits à préparer, que je ne réutiliserai pas sur mes différents projets.

Ok. Dans « Rue d'Aerschot », tu dis : « Je mange du fromage à pâte molle, je bois du vin comme Anatole ». Le fromage, le vin, au même titre que le gigot ou les pommes de terre, reviennent souvent dans tes textes. Tu as un côté très …
Bon français !

C'est ça, presque France profonde. On pourrait limite croire que tu viens du terroir, alors que t'es quand même un fils d'immigrés tunisien qui vit dans une cité d'Evry.
J'ai ma carte d'identité française, j'aime bien les trucs français. J'aime bien manger du canard, des escargots. J'aime la baguette, les croissants. Et quand je suis dans un autre pays, ces trucs me manquent. Les tropéziennes, la pâtisserie française… Je suis un bon français. J'aime bien la France, j'aime bien Paris.

Tu aimes aussi beaucoup la Belgique, entre tes featurings avec Hamza, D.A.V, Les Alchimistes, Jones Cruipy, en plus de tes clips à Bruxelles.
Ouai, j'aime la Belgique. De ouf. J'aime la bouffe belge, j'aime les frites belges. Les grosses frites, épaisses et généreuses. Les frites, les moules, j'aime toutes ces choses… Leurs sauces, aussi, celles qu'on n'a pas ici. La sauce Brasil par exemple, elle est incroyable. Et leurs rappeurs aussi, ils sont incroyables, tout comme leurs rappeuses. Shay…

Shay, ça te parle, à toi ?
Ça me parle pas plus que ça, j'écoute pas. J'écoute Caballero et Jeanjass, je leur fais un gros bisou. Un tendre bisou sur chacune de leurs fesses ! Un bisou sur chaque fesse de Jeanjass, un bisou sur chaque fesse de Caballero.

J'imagine qu'on peut envisager un épisode des Marches Saison 3 avec eux, non ?J'imagine, si tout se passe comme prévu. Si mes calculs sont bons, ouais.

Parlons un peu des élections dans ta ville, à Evry. C'était complètement farfelu, entre Valls, Dieudonné et Francis Lalanne.
Dis toi que j'ai même failli m'inscrire pour voter, alors que j'ai jamais voté de ma vie. Mais au dernier moment, j'ai du partir pour une date de concert. C'est de ma faute, je me suis décidé le dernier jour. Je sais pas si j'aurais voté, mais… J'aurais sûrement voté blanc, je crois.

La descente aux enfers de Valls, j'imagine que ça a du te faire plaisir, t'as une longue histoire en commun avec lui .
Ça m'a plu, de ouf… Ouais, ça m'a vraiment fait plaisir. Mais bon, tout est truqué, la politique c'est la mafia. Macron a assuré son poste. Tout est truqué, tout n'est que triche, ça se voit. Franchement, qui voudrait de ce mec ? Personne ne veut de ce mec. Ni dans la politique, ni dans la vie. Son poste était assuré avant même que les élections ne commencent.

Photo - Esteban Wautier

L'année dernière, tu m'avais parlé de tes petites périodes dépressives. Ça va mieux ?
[Rires] Tout va pour le mieux… Je suis au top. Au sommet de la montagne de frites.

Je sais qu'il y a un truc qui te pose problème plus que tout, c'est le fait qu'on accorde plus d'importance à tes interviews qu'à ta musique.
Ça me rend fou.

Dans ce cas, pourquoi tu continues à en faire ?
Bah écoute, j'en ai fait une avec toi il y a un an et j'en ai pas donné d'autre depuis. Une année entière sans la moindre interview. On a fait OKLM avec Mehdi [Maizi] il y a une heure, t'étais avec moi. Là j'en fais une avec toi. Et c'est tout. En plus, je l'ai dit à ton collègue Yérim [Sar] la dernière fois : désormais, je n'en fais plus qu'avec lui, toi, ou Mehdi. J'ai refusé tellement de trucs … Dernièrement, j'ai refusé Mouv, j'ai aussi refusé Tracks, par exemple.

Le sujet sur le « troll rap » , avec Vald, Biffty et Lorenzo ?
Ouais… Je l'ai même pas regardé, mais je sais que j'ai eu raison de refuser.

Je ne te le fais pas dire. C'était affreux.
Tu vois ? Quel intérêt pour moi ? Je pourrais pas te citer tout ce que je refuse, parce qu'il y en a trop. Parfois, ils viennent dans les loges, les pauvres, et je suis obligé de refuser. J'aime pas les interviews, je le fais vraiment que pour vous trois. J'ai pas envie de parler. J'admire PNL là-dessus, de ne pas avoir dit un seul mot à toute cette tripotée de journalistes de merde, tous ces vautours.

Merci Alk
Merci à toi. Un énorme bisou à toi. Prends soin de toi.


Genono prend soin de Twitter.