Illustration : 20100vallon

Chopped and Screwed : Myth Syzer, J. Cole et Amen Dunes se la collent ce mois-ci

Noisey Staff

Noisey Staff

On tente de débroussailler cette jungle qu'est l'industrie musicale en taillant, dépeçant, carjackant, dévissant 10 disques sortis dans le mois.

Illustration : 20100vallon

J. Cole - KOD

Marc-Aurèle Baly, Noisey – C'est fou comme Kanye West aime bouffer à tous les râteliers. Trump, T.I, et maintenant J. Cole. Même si bon, le choix de ce dernier n'est pas totalement illogique : le mec est infiniment plus présentable que lui et a réussi à placer chaque morceau de son dernier album au Billboard. Ça lui permet de se racheter une conduite, surtout quand le disque en question arrive à être anti-drogue, prêchi-prêcha comme la mort et interminable. J'imagine que Kendrick Lamar était pris.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - Instrus et flow secs. Je ne réécouterai pas.

Alexis Ferenczi, Munchies - Je ne comprends toujours pas pourquoi on me demande d’écrire sur du rap alors que je n’y connais rien mais sachez que j’ai trouvé plutôt « déconneur » le clip d’ATM et le fait que J. Cole s’attaque à la théorie keynésienne de la thésaurisation qui m’avait valu un 6 en SES en seconde.

John Paul, photo editor - À Coachella, tous les regards étaient braqués sur lui.

Hiedrah Club de Baile - Esquirlas

Marc-Aurèle Baly – C'est donc ça, le futur ? Des bouts de baile funk avec des coups de matraque industrielle dedans, un collectif qui, depuis Buenos Aires, veut « combattre les pratiques néo coloniales de la région et créer une nouvelle politique libertarienne pour revenir à la jouissance des corps » ? Merci bien, le futur.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - « La club music latine, entre tradition et modernité : la compilation ».

Alexis Ferenczi, Munchies - Littéralement le bruit que ferait la rencontre entre les membres de la DrumTeam, batucada née à Paris en 2007, et les matraques télescopiques d’une compagnie de CRS.

John Paul, photo editor - Un bukkake de saveurs du monde touillé avec du Bailey's ? Yes please !

Pan European Recording - Voyage III, Beyond Darkness

Marc-Aurèle Baly, Noisey – Dans le monde des geeks à musique, l'ambient et la new age sont devenus des accroches commerciales aussi tarte à la crème que le bio ou le féminisme. On peut même caler Flavien Berger dans le cockpit, y reste de la place si on se serre un peu.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - On voyage. Dans un agrégateur de contenu, un module de stockage, une nacelle de diffusion et de flux d'information.

Alexis Ferenczi, Munchies - Et Flavien Berger et Etienne Jaumet tonnèrent du saxo. Et il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre ; et le tiers de la terre fut brûlé, et le tiers des arbres fut brûlé, et toute herbe verte fut brûlée. (Apocalypse 8:7)

John Paul, photo editor - Dans l'espace, personne ne vous entend t r i p p e r.

Myth Syzer - Bisous

Marc-Aurèle Baly, Noisey – C'est donc ça aussi, le futur ? Je veux bien croire à l'effondrement des barrières esthétiques en musique, la confusion des genres, les partouzes infernales, mais là, j'ai l'impression qu'on m'a fourré Doc Gyneco, de l'autotune, des paroles en franglais, des feat. avec Roméo Elvis et des nappes de synthés aussi lascives et problématiques qu'un film de David Hamilton dans la gorge, en me disant de ne surtout pas avoir peur, que tout irait bien et que de toute façon, c'était ça, « le nouveau monde ». Du coup j'ai juste accepté, sans broncher, parce qu'au fond je suis une vraie lavette.

Sébastien Wesolowski, Motherboad - J’ai acquis une certitude. Myth Syzer est né comme une vanne qui, à force de comique de répétition, s’est transformé en cette tare typique de l'industrie musicale contemporaine : un « projet ».

Alexis Ferenczi, Munchies - Si vous avez ri devant les nouveaux épisodes de Burger Quiz, rien ne vous empêche de faire de Myth Syzer la « playlist de votre été ». Ne cherchez plus où est le kewl.

Bernadinho de la Villalobos, happiness manager - Il me semble avoir entendu le morceau « Pot de Colle » dans les toilettes de mon espace de co-working. Point positif : la voix de Bonnie Banane était étouffée par le ruissellement continu de la chasse d’eau, certainement dysfonctionnelle. Je réécouterai probablement lors de ma pause de 18h, pour le numéro 2.

Sleep - The Sciences

Marc-Aurèle Baly, Noisey - Quatre albums en 28 ans d'existence. Bravo, les champions. Vous comptez trainer dans vos canaps de récup' et « défaire » le monde en tongs et en bongs et en sentant le pet foireux comme ça pendant longtemps ?

Sébastien Wesolowski, Motherboard - Pour les barbares qui aiment la guitare électrique et les morceaux de 15 minutes.

Alexis Ferenczi, Munchies - Je n’ai capté absolument aucune des références à la weed et j’imagine qu’il faut caler le mot « riff » à un moment pour faire comme les autres.

Bernardinho de la Villalobos, happiness manager - Comme une envie de leur mettre un bon coup de Nailbomb dans le slibard et de leur faire exploser la teub, à ceux-là.

Onyx - Onyx

Marc-Aurèle Baly, Noisey – Un groupe des 80's ressorti de derrière les fagots et tellement obscur qu'on se demande s'il n'a pas été inventé de toute pièce. Une boite à rythme de fortune, des synthés primitifs, on connait d'avance le storytelling. C'est pourtant, à mon humble avis, une des rééditions de l'année dans la catégorie « butin famélique pour music geeks anémiques ».

Sébastien Wesolowski, Motherboard - J’imagine que ce truc a été déterré par un label bien décidé à le sortir sur un vinyle violet. J’ai signalé le compte Soundcloud.

Alexis Ferenczi, Munchies - Un peu l’impression de m’endormir devant une copie restaurée d’un vieux nanar de la fin des années 60 produit par un cousin de Dino De Laurentiis que tout le monde trouve « gé-nial » et qui met en scène une jolie scientifique tentant de sauver la planète face à la menace de robots phalliques. Bin c’est pas la 4K qui va le rendre moins chiant.

Bernardinho de la Villalobos, happiness manager - En 2005, je me suis retrouvé par pur hasard éthylique à une soirée pharma au Gibus. Je me suis battu avec un mec coiffé d’une faluche, et me suis fait sortir assez pitoyablement par les videurs, non sans avoir préalablement vomi sur la tétine d'une aspirante esthéticienne. J’ai voulu occulter la majeure partie des évènements de ce soir-là. Cependant, une image me hante encore aujourd'hui : le visage rouge sang, turgescent et tellurique, d'Onyx, qui observait la scène depuis le balcon.

En attendant Ana - Lost and Found

Marc-Aurèle Baly, Noisey – C'est marrant parfois, les projections qu'on se fait quand on écoute un groupe pour la première fois. Tout le monde parle d'en Attendant Ana comme des dignes héritiers du Dunedin Sound et des labels comme Flying Nun Records. Alors que je suis sûr qu'ils se foutent pas mal des Murrumbidgee Whalers, des Chalk Garden, du Jean-Paul Sartre Experience. Ce qui est, je pense, une bonne chose ; ça empêche à leur musique d'avoir des allures de pucelle-antiquaire.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - Cool, vif et touchant comme un petit gardon en partance pour la Bretagne en AX décapotable.

Alexis Ferenczi, Munchies - Toute mon adolescence.

John Paul, photo editor - Un jour, je suis rentré avec un petit oiseau blessé à la patte, l'ai soigné, bichonné, avant de le foutre dehors quand je me suis rendu compte que c'était une roulure.

Stratocastors - Living Under The Johnny Vacances

Marc-Aurèle Baly, Noisey - Pire pochette, pire nom de groupe, pire titre d'album. Mais passés les signes extérieurs de détresse, je me retrouve avec « une petite galette » étrange entre les mains, constamment sur le fil du rasoir amour/haine, un truc qui pue la laideur, le shit froid et la misère. Comme si les ricochets anguleux des synthés qui sonnent comme des guitares empêchaient le tout d'être complètement détestable. Malgré un emballage, encore une fois, absolument ignoble.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - Encore et toujours ce chant à la Française monocorde et casse-couilles. Vraiment hâte de danser ivre mort sur « Babatugal ».

Alexis Ferenczi, Munchies - Go go Richard Gotainer !

Bernardinho de la Villalobos, happiness manger - Le revival au cantal de l'Ourcq qu'on attendait tous.

Amen Dunes - Freedom

Marc-Aurèle Baly, Noisey – C'est maintenant une évidence : plus le temps passe, plus Damon MacMahon veut devenir R.E.M. Il s'est coupé les cheveux, fait des morceaux de plus en plus radio friendly, et, tel un Eddy de Pretto de l'Ouest, questionne-le-mythe-de-la-masculinité sur son dernier album. T'inquiète, tu vas l'avoir, ton passage en radio.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - J’écris ces lignes en écoutant le fade in de « Miki Dora ». J’avance d’une minute. C’est la même chose avec un peu plus de batterie. J’avance de trois minutes. C’est la même chose avec un peu plus de guit... oh et puis merde.

Alexis Ferenczi, Munchies - J’ai passé pas mal de temps à chialer en écoutant Amen Dunes et je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas continuer à pleurnicher en écoutant les petits miaulements d’un mec aussi fragile que moi.

Bernardinho de la Villalobos, happiness manager - « Ah toi aussi t'as chopé des Converse gratos au Pitchfork Festival ? »

Elysia Crampton - Elysia Crampton

Marc-Aurèle Baly, Noisey – L'oralité andéenne, les images textiles, le capitalisme carcéral : c'est vraiment le genre de disque qui me donne envie de prendre la modernité par le col, de la secouer un bon coup puis de me pendre avec. En même temps, c'est bien meilleur que toutes les crottes de nez conceptuelles d'Arca réunies. Donc je sais pas.

Sébastien Wesolowski, Motherboard - « Oscollo » m’a fait un peu mal au bide. La flemme d’écouter le reste.

Alexis Ferenczi, Munchies - Faire un clip avec des templates After Effects de type 3D-Move.srt ? Been there, done that.

Xavier Dupont de Léonidas, finance - Assassins !!!

Marc-Aurèle Baly, Sébastien Wesolowski, Alexis Ferenczi, John Paul, Bernardinho de la Villalobos et Xavier Dupont de Léonidas travaillent vraiment tous chez Vice.