Les 11 catégories de pipes que vous allez croiser en festival cet été

Pires que la bière à 10€, pires que les coups de soleil, pires que le son moisi, pires que tout.

|
mars 27 2015, 12:45pm

Les festivals sont indiscutablement la pire façon de vivre la musique : il fait toujours trop chaud, vous êtes toujours trop au milieu de nulle part, vous êtes toujours trop loin de la scène, et le son est toujours trop mauvais. Mais ça encore, on peut s'en accommoder—tout comme on peut se faire aux pintes à 10 euros et aux bracelets qui grattent. Il y a cependant un truc auquel on ne s'habituera jamais : les gens. En festival, le moindre être humain se transforme instantanément en une féroce boule de merde, en une pipe par-delà les pipes de tout l'Univers des pipes. Et cet être humain tombe fatalement dans une des catégories suivantes :

Le boyfriend à la ramasse

Permettez-moi de vous présenter le type le plus misérable de tout le festival. Quand il n'est pas en train de surveiller son sac, il sert de rempart humain à sa copine au premier rang de concerts où il se fait bolosser les oreilles par un groupe qui a eu un morceau dans une pub Apple. Le pauvre diable ira même jusqu'à sacrifier ses épaules si par malheur sa compagne n'arrive pas à voir ce qu'il se passe sur scène. Sa seule récompense : ces nuits où, tous feux éteints, sa mandarine d'amour lui offrira son corps sans retenue en pensant très fort au chanteur de Moodoid.

Les chefs indiens

Malgré toutes les remarques qu'on a pu faire sur l'aspect franchement déplacé et tout à fait raciste de ce bro fashion item, il y aura toujours des grosses pipes pour se pointer avec des coiffes de chef indien en festival. Toujours. Ce truc est aux festivals ce que le keffieh est aux réunions CNT et la cravate autour de la tête aux mariages de Meurthe-et-Moselle

La blogueuse mode

Il y a un truc assez incroyable avec les blogueuses mode, c'est qu'elles sont capables de passer 3 mois à élaborer la tenue de festival parfaite tout en sachant qu'elles vont la ruiner à coups de bière et de transpiration en moins de 45 minutes (15 s'il pleut). Enfin, j'imagine qua tant que ça turbine sur Instagram, tout est ok pour elles, leurs 14 bracelets en métal, leurs lunettes de soleil en forme de coeur, leurs couronnes de fleurs, leurs sandales à lanière et leurs tatouages triangle. Sinon, il se passe quoi au juste ici ? Il paraît qu'il y a de la musique dans le coin.

Le photographe de soirées

Vous êtes jeunes, beaux et vous vous mettez bien ? Le photographe de soirées est là pour vous voler votre jeunesse, votre beauté et votre propension à bien vous mettre, la retoucher sur Photoshop et lui coller en bas à droite le logo d'une marque de boisson que personne n'achète jamais nulle part, et qui a donc désespérément besoin d'être associée à des gens jeunes, beaux et capables de bien se mettre.

Le fonce-dé

Ce type hante les festivals de musique depuis l'aube de l'humanité. Il connaît toutes les combines pour gruger la sécu et passer son matos pépouze sans se faire embrouiller. Si vous engagez la conversation avec lui, préparez-vous à plonger dans les arcanes d'un monde inconnu fait de drogues de synthèse inédites et d'exploits humains divers, et qui repose essentiellement sur les bobards qu'il assène depuis la nuit des temps, lui, ce type hyper gentil mais un peu paumé qui sent la boue séchée et le vin blanc premier prix.

Le couple exhibitionniste

Ces deux-là passent globalement la durée du festival a essayer de se racler mutuellement les résidus de coke et de MDMA qu'il leur reste sur les muqueuses, et à peu près rien d'autre. De fait, ce sont aussi les seules personnes de tout le festival capables de vous boucher la vue de la scène rien qu'avec leur langues.

Le bro

Il porte des T-shirts ironiques bien pétés (ou des débardeurs qu'il enlève invariablement après trois bières), fait partie d'une des 48 assos de son école de commerce, n'a pas son pareil pour mettre les filles du premier rang hyper à l'aise grâce à des insinuations physiques et/ou verbales de premier choix, possède plein de fringues de couleur saumon et fait partie des 0,3 % de gens qui considèrent Baby-Sitter Malgré Lui comme une des meilleures comédies de ces 20 dernières années. Son objectif ultime : Coachella.

L'Attention Whore

Même au milieu de 30 000 personnes, cette pignole se sentira obligée de se faire remarquer. Il se sentira obligé de sortir un truc BIEN DÉGLINGO de son chapeau histoire que tout le monde le remarque et se souvienne bien de lui. Et que ce soit la maillot de bain de Borat, ou juste un look cynico-ramasse à la Zach Galifianakis, soyez bien certains qu'il l'aura toujours à portée de main. Vous êtes dans un champ. Tirez-en parti. Chiez sur ce mec. Littéralement.

Le mec qui a oublié sa protection solaire

Mon coeur saigne pour toi, dude.

L'envoyé spécial Twitter

Sa mission est claire : tenir la population informée en temps réel sur tous les groupes qui #défoncent. Guerrier du hashtag, l'envoyé spécial Twitter, c'est l'info en continu, 24h sur 24, 7 jours sur 7, pour vous et rien que pour vous. #JanelleMonae est en train de #mettrelefeu ? Il est là. #Onsemetbien avec #Phoenix ? Pas de problèmes, il est là aussi. Même dans les cas rarissimes où #Skrillex est en train de #toutniquer, il est là. Il est votre source n°1 de compte-rendus de festival enrichis en emoji. Il a 48 followers et vous êtes l'un d'entre eux.

Le journaliste musical

Il erre de scène en scène, se faufilant entre les festivaliers, abordant les plus alcoolisés -et donc les plus stupides- d'entre eux afin de leur soutirer une ou deux déclarations qu'il utilisera hors-contexte pour rendre son compte-rendu à peu près intéressant. Il trouve que l'édition précédente était meilleure, mais il a spotté cette année de nouvelles tendances sociales bien pétées sur lesquelles il débattra avec ses collègues à son retour, avant d'en tirer un papier de fond qu'il proposera à Rue89, et qui sera probablement accepté, surtout si par tendance sociale, il s'agit en réalité d'un truc qui ne concerne que trois mecs des Ardennes.


Dan Ozzi est sur Twitter - @danozzi