Features

Sérieux, qu'est-ce qui vous motive à prendre les DJs en photo ?

En plus, elles sont ratées 9 fois sur 10, tas de débiles.

Josh Baines

Josh Baines


On sait comment ça se passe quand vous arrivez en club. Vous avez la patate, vous voyez les choses en grand, en extra large même. Avec votre petite bande, vous prenez possession des lieux, verre à la main et téléphone en poche. Vous êtes prêts. C'est samedi soir et vous attendez ce moment depuis le dimanche matin de la semaine dernière. L’endroit est bondé, ça bouge. L’ambiance est électrique. Le DJ de warm-up s’affaire et vous sortez respirer un peu d’air frais mâtiné de nicotine. « La vraie vie » vous dites-vous, en regagnant la piste, saluant des potes fictifs de la main, écrasant quelques pieds au passage. La vraie vie.

Puis vient le DJ pour lequel vous avez payé l'entrée. C’est le moment. Il est dans la cabine. Il sort une clef USB. C’est parti ! C’est enfin parti, putain ! Vous foncez. Ça y est. Le mec l'annonce, ça y est, votre estomac fait du jumpstyle, c’est le moment. Vous sortez votre téléphone, bam ! Direction l’appli appareil photo. À ce stade, vous êtes pratiquement nez à nez avec le DJ. Il lève la tête, interdit. Perplexe, anxieux, vexé. Vous cliquez, clique-clique-clique-cliquez et recliquez. C'est bon ! Il est dans la boîte ! Pour toujours ! Il ne quittera plus jamais votre flux de photos ! Même s’il vous faut plus d’espace sur votre téléphone, vous ne l’effacerez pas, jamais. Au-revoir maman, va te faire foutre papy. Sayonara la sœur fraîchement diplômée. Vous regagnez la foule pour y retrouver vos potes. Et leur montrez votre butin : « Matez-moi ça » vous exclamez-vous. « Mate, mate, mate ! ». Ils matent. Puis vous jetez un regard futrif au DJ, de loin, avant d’admirer de nouveau l’écran : « Il est là désormais ! Pour toujours ! ».

Vous vous réveillez le lendemain et il est toujours là. Bien à l’abri sous le verre et le plastique, figé pour l'éternité. Un souvenir indélibile. Un reste de mémoire tangible… sous la forme d’une photo prise de trop près, floue et décalée d’un putain de gars en train de passer des disques.

Comme Jackmaster l’a a juste titre énoncé : cette pratique est vraiment chiante. Alors pourquoi les gens font ça ? Qu'est ce qui peut motiver des centaines, milliers, des millions de personnes à prendre des photos de DJ avec leurs téléphones ? Comment en est-on arrivés là ? Plusieurs raisons possibles :

L’INÉLUCTABILITÉ DU TEMPS QUI PASSE VOUS FOUT LA TROUILLE

undefined

La vie est pleine d’événements. Constamment. C’est même le principe même de l'idée de vie : une succession permanente de faits. Et la plupart de ces choses ne méritent pas d’être immortalisées et regardées rétrospectivement. Pas plus qu'un sac plastique de courses se déchirant à l’extérieur du supermarché mérite un Snapchat. Ou l'oubli de votre carte de transport alors que vpus pensiez vraiment l'avoir sur vous ne mérite un tweet. Non. Putain, mais qui commencerait un roman sur ce genre de trucs ? À part Anna Gavalda. C'est la question que chacun devrait se poser avant d'appuyer. Dans un club, le fait qu’un DJ se mette à passer des disques n’a rien d’inhabituel. Vraiment. C'est même plutôt commun. Ceux qui les fréquentent sont régulièrement témoins de ce phénomène. La plupart du temps, le spectacle n’a rien de particulièrement excitant d’ailleurs. C’est pourquoi nul n'a besoin de l’immortaliser visuellement à moins de faire partie de cette élite qui prend plaisir à photographier son assiette en contre plongée. Là OK, si vous faites également partie de cette frange de la cyber-population baptisés gourmets d'Instagram eh bien, nos chemins peuvent se séparer après ce point.

VOUS ÊTES DES ABRUTIS

undefined

Désolé de vous l'asséner ça comme ça, mais le fait est qu'en effet, vos potes et vous semblez répondre sans appel à la définition qui suit : abruti \a.bʁy.ti\ masculin (Familier) Personne complètement stupide.

VOUS ÊTES DEPENDANTS DU REGARD DES AUTRES

undefined

« Ouais mon pote j’ai passé un weekend de ouf’, ouais c’était mortel, oh et tu sais, en fait je me suis fait un bar le vendedi avec les potes, ouais, juste dans le quartier pas loin, pas mal, mais c’est surtout quelques habitués et de vieux cons, tu connais la chanson et j’ai bu quelque-chose comme cinq pintes, tu vois, juste un vendredi soir habituel et on s’est bien marré, tu sais comment ça se passe quand toute la bande se fait la soirée Quiz un vendredi, bref on s’est bien marré et ensuite on est retourné chez un pote pour jouer à la console, oui à FIFA, grave, c’était mortel, j’ai tapé plein de buts vraiment chanmé à la Arsenal, hein ? Alors on est rentré avec le bus de nuit parce que c’était la merde avec Uber seulement le bus a mis du temps mais on s’est marré quand même, enfin tu sais ce que c’est avec les bus de nuit, toujours la cour des miracles, et le samedi matin je me suis levé et j’ai fait un peu de ménage, puis je me suis enfilé un dej' de patron avec des œufs et tout, mais pas de bacon parce que je sais pas si tu sais mais le bacon ça file le cancer, puis j’ai maté le foot et j’ai retrouvé les gars, toujours au même bar, on a bu des pintes puis on est monté dans le bus, on était chauds bouillants, pour aller au Club et là y’avait Jackmaster qui mixait et putain, il était dément, sans déconner, vraiment mortel mec, t’aurais dû voir ça, j’ai même pris des photos de lui, tu veux voir ? »

VOUS NE SAVEZ PAS VOUS FIXER DE LIMITES

undefined

Ok, sans vouloir sonner comme ces mecs qui n’utilisent Twitter que pour RT de l'actu politique et/ou les problèmes sociaux du moment (plutôt que de regarder ce que les stars mangent), être DJ est désormais un vrai boulot, et certaines limites doivent être respectées. Notamment celles qui touchent à l’espace de travail. Imagine-toi si un DJ prenait d’assaut la boîte d’assurance pour laquelle tu bosses et se mettait à te mitrailler : « Clic-clic-clic » avec son nouveau téléphone tandis que tu étais là tranquille en train de te gratter les couilles et de mater tes emails. Tu serais méga-saoulé, non ? Et tu appellerais la sécurité pour le virer. La rage t’étranglerait, tu fulminerais. Et ça atterrirait sur Internet quelques heures plus tard, de quoi rouler des mécaniques le soir-même au bar. Alors pourquoi te rendre sur son lieu de travail à lui et lui faire ça ? Pourquoi ???

VOUS VOULIEZ JUSTE FAIRE DES PHOTOS DE CE DJ QUE VOUS ADOREZ ET QUE VOUS VOULIEZ VOIR DEPUIS LONGTEMPS, QU’EST-CE QU’IL Y A DE MAL À ÇA ESPÈCE DE RABAT-JOIE ?!

undefined

Ok, ok. Tout va bien.


Suivez Josh sur Twitter.