Tour de France : Tours

De Rubin Steiner à Gérard Blanchard en passant par Moderne, La Honda et Verbal Razors.

|
sept. 5 2014, 11:45am

Parce qu'à l'époque où les supermarchés vendent des bananes en sachet individuel, il est important de renouer avec ses valeurs et ses racines, nous avons proposé à des contributeurs Noisey et des invités de nous présenter une playlist exclusivement constituée d'artistes de leur ville d'origine, dans le cadre d'une rubrique intelligemment baptisée « Tour de France ». Après Bayonne, La Rochelle, Reims, Brest, et Lyon, voici Tours, présenté par notre contributeur Antoine Rough.

MODERNE - « Vers l’Est »
J’ai découvert ce groupe il y a un bon moment, sans me rendre compte qu’ils étaient tourangeaux. Moderne est l’archétype du groupe français new wave des années 80, mais en mieux. J’ai vraiment aucune idée de ce que sont devenus ces mercenaires solitaires, les infos sur le groupe étant très dures à trouver. J’imagine qu’à l’époque, ils trainaient dans ce club dont personne ne se rappelle le nom, sûrement fréquenté par JD Beauvallet et Olivier Bas avant leur ascension vers les sommets du bon goût musical.

JACQUES MESRINE X-PERIENCE – « Hooligans de Nantes »
À mon entrée au lycée, en seconde donc, je portais un gros badge « Broussard m’a tuer ». Ça n’avait pas beaucoup fait rire mon père et je crois qu’il me l’avait confisqué. Dur d’être un punk. JMX, c’était le groupe de vieux (35 ans) qui faisait du punk période Chaos en France avec des titres marrants comme « Sancerre Division ». Ils avaient aussi une certaine attirance pour José Touré, qui ne venait pas de Joué Les Touré mais était baptisé le « brésilien » au FC Nantes dans les années 80, d’où ce morceau à la gloire du stade de la Beaujoire.

LA HONDA - « Foolek »
Bon ok, ces mecs sont de Joué Les Tours mais on va pas chipoter autour de la définition d’aire urbaine. La Honda est un collectif de rappeurs qui a fait quelques featurings avec Kamelancien ou Bram's de la Malekal Morte, le pote de Booba. Je ne sais pas s’ils ont fini par percer des coffres parce que bon, musicalement… Bon nom cela dit.

VERBAL RAZORS - « All Cops Are Beautiful »
Le meilleur groupe de thrash metal de Tours. Et un gros côté crossover. Faut dire que Simon, le chanteur, a joué dans 99% des groupes de punk hardcore de Tours au cours des dix dernières années. C’est marrant parce qu’en dépit d’un public non négligeable, j’ai pas le souvenir d’avoir connu un vrai bon groupe metal à Tours. Y’avait bien des groupes de grindcore ou de heavy mais bon, j’ai toujours été plus attiré par les mecs qui faisaient des reprises de SOD.

GÉRARD BLANCHARD - « Rock Amadour »
Typiquement le genre de chansons qu’un petit malin joue en soirée et qui reste collé dans le crâne. Accordéon festif et rockabilly 80’s. Je ne sais pas si on peut le féliciter pour cet assemblage qui fait penser à un générique composé par Jean Luc Azoulay mais la recette est efficace (le clip est bientôt à un million de vues sur YouTube mes p'tits potes). La France avait les Forbans, la Touraine avait Gérard. On parle quand même d’un type qui a joué dans un film des Charlots « histoire de faire le con ». Et sa reprise de France Gall, c’était aussi sûrement histoire de faire le con.

X-RAY POP - « Les Amants de la Mer »
J’ai découvert l’origine de ce groupe à l’occasion de la réédition des singles et de la démo par l’excellent label américain Dark Entries. Qu’un groupe de Tours se retrouve disque du mois dans Melody Maker et pas dans la Nouvelle République du Centre, c’était quand même incroyable. Le groupe a même été cité par les Beastie Boys ou Stereolab comme influence !


LES JOYAUX DE LA PRINCESSE - « Le Petit Garçon »
Né en 1989 quelque part à Saint Pierre des Corps, la banlieue ouvrière de Tours, le projet d’Erik Konofal, seul maître à bord, se passionne historiquement pour les années trente et quarante et décide d'associer des éléments sonores de l'époque à une musique industrielle et ambient. Il sort ses disques de manière confidentielle et collabore (ahah) notamment avec Douglas Pearce et Death In June. On retrouve la trace d'Erik des années plus tard… dans le rayon psychologie des bibliothèques. Il est maintenant neurologue et spécialiste de l'hyperactivité.

THEE VIBRAFINGERS - « Boogaloo »
Il y a eu une grosse vague garage à Tours avec pas mal de groupes et des concerts assez dingues, notamment grâce à l’activité de l’association Up Your Ass! Les Vinbrafingers jouaient souvent à poil et ils n’avaient pas l’air de faire semblant. Il y avait une énergie assez folle sur scène. Ils partageaient souvent l’affiche avec BeeDee Kay & The Roller Coasters ou les Fingertips. Concerts toutes les semaines au Napoléon, au Rat d’Eau ou au regretté Donald’s Pub, l’épicentre de la scène rock cool à Tours pendant presque dix ans.


VOLAGE - « Not Enuff »
Leur nom m’a rendu un peu sceptique au départ. Et puis un jour, ils nous ont filé leur cassette et on les a invités à jouer, une super soirée. Volage fait du garage pop un peu psyché mais pas chiant avec plein de tubes. C’était assez inhabituel de voir ce groupe sortir de nulle part. Pour être honnête, ils ne sont pas vraiment de Tours mais comme ils y ont séjourné un bon moment, on va dire qu’ils sont Tourangeaux de cœur (contrairement à Blankass qui n’ont jamais été de Tours, ok ?). Leur premier album sort cet automne.

RUBIN STEINER - « Noise Beats »
C’est sans doute le musicien indé le plus connu de Tours (va chier, Ben L’Oncle Soul). Il a sorti quelques albums sur Platinum Records et est l’un des principaux responsables des compilations Chantier du label Travaux Publics. Il a désormais troqué le big beat et le sampling de ses premiers disques contre des synthés et des boîtes à rythmes. Mais il a gardé les congas, la basse et la guitare et a continué à vénérer Coltrane, LCD Soundsystem, Cola & Jimmu et Neu! Je crois qu’il s’est splitté et a formé un nouveau groupe, ça s’appelle Drame.


ADRANA - « The Frozen Path »
Je ne suis pas persuadé que les mecs de Battle of the Nations écoutent Adrana mais ils apprécieront sûrement l’effort. J’ai écouté du metal pendant un bon moment plus jeune, mais tout ce truc lyrique et symphonique m’a franchement dépassé. C’est quand même deux mondes tellement opposés que le résultat est souvent improbable. J’imagine en plus que ça ne doit pas être bien pratique de shredder en cotte de mailles.

BONUS : WILLY & JUNIOR – « Pomme d’Amour »
« 2 inconnus choisis au hasard par toute l'équipe de STARS D'UN SOIR. En moins de 6 heures, notre équipe va tout mettre en place pour faire de WILLY ET JUNIOR les STARS D'UN SOIR. Enregistrement d'un tube, documentaire, clip, site internet, fond d'écran. »


Antoine Rough collectionne les trains miniatures, les fanions de clubs de football européens et les vinyles de shoegaze colorés. Quand il n'est pas sur eBay, il nous propose quelques articles, aussi rigoureux qu'un contrôleur SNCF. Il n'est pas sur Twitter.


Plus de Tours de France sur Noisey

La Rochelle
Reims
Bayonne
Brest

Lyon