Marre de la synth-wave fadasse ? Geneva Jacuzzi tombe à pic

5 ans après son dernier album, on vous présente « Technophelia », en écoute intégrale.

|
janv. 27 2016, 2:30pm

Top ! J'ai grandi au sein d'une famille de Témoins de Jéhovah, j'ai fait croire à ma mère que l'école était remplie de violeurs et de drogués pour ne plus jamais y retourner, j'ai été virée de chez moi à 18 ans quand mon père a découvert une capote dans mon sac, j'ai débarqué seule à Los Angeles, traîné dans les clubs goth et on m'a un jour filé un clavier pour jouer des morceaux ala Depeche Mode, j'ai booké des concerts de mon propre groupe avant même qu'il ne soit formé, la perf artistique et la déconne sont devenues ma philosophie de devie, j'ai enregistré des dizaines de cassettes et CD-R à la maison sous des pseudonymes aussi sucrés que Double Penetration, Obelisk, The Bubonic Plague ou Super Creep, j'ai joué dans Ariel Pink's Haunted Graffiti, vécu avec leur leader pendant 7 ans et ne suis pas étrangère à son succès en solo (tout est vrai), je sors aujourd'hui mon premier album depuis 2010, accompagné d'un clip aussi pété qu'avant (à regarder ci-dessus)... Je suis, je suis, je suis ? Geneva Jacuzzi !

Eh ouais, on vous présente en intégralité le nouvel album de GJ, Technophelia, qui sort sur le label de Seattle Medical Records (Alexander Robotnick, Peine Perdue, Severed Heads...). 12 morceaux qui raviront autant les fadas de synth-punk que les dingos de minimal-disco, que vous pourrez choper physiquement le 5 février par ici. Comme elle le dit elle-même sur son Twitter, ce n'est pas compliqué de faire mieux quand on voit toute la daube qui nous entoure, la preuve juste là :