Si Kanye West était président

On a imaginé ce qu'il se passerait si Yeezus investissait la Maison Blanche et on a consulté un historien pour être bien sûr que tout ça n'arrivera jamais.

|
sept. 4 2018, 2:30pm

Il y a trois jours, Kanye West déclarait, une fois n'est pas coutume, ne pas exclure de se présenter aux prochaines élections présidentielles américaines. Du coup, on republie cet article originellement paru en septembre 2015, époque où West faisait état des mêmes vœux. La seule différence avec maintenant, c'est que Donald Trump n'était pas encore élu. Ce qui rend le texte qui suit au moins un petit peu « troublant ».

Il y a une semaine Kanye West a surpris tout le monde en concluant son discours aux MTV Video Music Awards par un gros WTF : « j'ai décidé de me présenter à la présidence en 2020 », à la manière de Morsay en son temps. Bien que la phrase soit la fin d'une longue tirade totalement perchée et parfois sans queue ni tête, comme d'hab me direz-vous, pas mal de gens dans la presse américaine et internationale ont apparemment pris ça au sérieux.

On les comprend un peu : même si ça n'arrivera jamais, ça reste un pays qui a eu un acteur président, le mec qui a joué Terminator gouverneur, sans parler d'avoir élu Georges Bush deux fois. Imaginez alors quelques secondes à quoi ressemblerait un mandat de Kanye West à la tête de la première puissance mondiale :

  • Après un discours d'investiture sous autotune très remarqué bien que dépourvu de sens, Kanye débarque dans le bureau ovale un lance-flammes à la main et prend vite ses aises en changeant en profondeur les usages officiels. Ainsi, on ne jure plus sur la Bible mais sur l'exemplaire CD de Yeezus, l'Independance Day est désormais célébré le 10 février pour commémorer la sortie de son premier album. L'adaptation à la fonction de Chef d'Etat ne se fait pas sans difficulté dans un premier temps : on se rappelle, amusés, ces moments gênants où le président hurle et tente de frapper ses gardes du corps sous prétexte qu'ils le suivent partout, avant de comprendre que ce n'étaient pas des paparazzis. L'armée se voit attribuer des nouveaux uniformes fruits d'une collab APC X Louis Vuitton tandis que les membres du label GOOD Music, John Legend et Big Sean, réécrivent l'hymne national qui passe de « Star-Spangled Banner » à «All-Stars-Spangled Banner (remix) ».
  • Invité lors d'une émission télé sur NBC, Georges Bush lâche la phrase polémique : « Kanye West doesn't care about white people ». Quant à Obama, il peut enfin se lancer dans une carrière d'humoriste, ce qui a toujours plus ou moins été sa vocation première, ça se vérifie de plus en plus.
  • Après avoir plusieurs fois imposé des freestyles au Congrès et provoqué ainsi plusieurs démissions, le président crée la surprise en débarquant à l'improviste au siège des Nations Unies où il interrompt le Secrétaire Général de l'ONU (« Yo, Ban Ki-Moon, I'm really happy for you, I'ma let you finish, but Beyoncé deserved that Nobel Price »). La communauté internationale est d'autant plus étonnée que le Prix Nobel n'est pas attribué par les Nations-Unies, mais bon, on n'est plus à ça près.
  • Sur le modèle du Obamacare, le Westcare est créé pour aider les Américains les plus démunis à s'acheter des vêtements de luxe. Les plus sceptiques objectent que ce serait mieux de stopper la pauvreté avant, mais le slogan de la réforme, « Buy any jeans necessary », fait taire les sceptiques.
  • Pour consoler Jay-Z qui n'avait pas vraiment apprécié de se voir confier le poste de Secrétaire aux Anciens Combattants, le président tourne régulièrement des clips avec lui dans Air Force One, où ils enregistrent également Watch The Throne II. De son côté, Chief Keef, après s'être fait renvoyé du Secrétariat à la Sécurité Intérieure, s'épanouit à celui de la Défense en déclarant systématiquement la guerre à tous les pays où ses ventes d'album sont jugées décevantes. Pusha-T quant à lui s'avère redoutablement efficace en Secrétaire au Commerce. La nomination de Caitlyn Jenner au Secrétariat à l’Éducation est cependant accueillie de manière plutôt mitigée, d'autant que Q-Tip et Mos Def étaient dispos.
  • Enfin, après 4 années ubuesques, Kanye ne parvient malheureusement pas à se faire réélire. Ce qui nous amène à un ultime moment Yeezus : son discours d'adieu en direct où il s'emploie à insulter chaque votant, un par un, par ordre alphabétique, jusqu'à ce que la sécurité le force à rendre l'antenne. Tandis que Fox News explique que c'est bien la preuve qu'on n'aurait jamais dû abolir l'esclavage, partout dans le monde les analystes politiques regrettent la fin de l'épisode le plus divertissant de toute leur carrière.


Thomas Snégaroff.

Comme on n'était pas sûr-sûr de l'exactitude de cette politique fiction, un expert a accepté de nous donner son avis. On a donc consulté Thomas Snégaroff, historien spécialiste des Etats-Unis et auteur de Kennedy une vie en clair-obscur.

Noisey : Kanye pourrait-il poursuivre sa carrière musicale tout en étant président ?
Thomas Snégaroff : Non, tous les présidents américains avaient un métier (avocat, chef entreprise, acteur, etc) et tous ont stoppé quand ils sont devenus président. Ne serait-ce que pour des questions de sécurité, le président est entouré de très nombreux gardes du corps, un concert est impossible... Même si comme Obama, il resterait une icône de la culture pop, le parcours serait inverse : Obama s'oriente de plus en plus vers ça alors que Kanye partirait de là pour ensuite se rendre présidentiable.

Ses frasques et celles de sa femme : quelles répercussions ?
Aux États-Unis la Première Dame a un vrai statut, dispose d'un Secrétariat Général à la Maison Blanche, et peu importe qui elle est, tout serait pareil avec Kim et Kanye. Logiquement, même si ça ressemblerait à une blague des électeurs, il ne peut pas être destitué, quoi qu'il fasse, excepté un crime. Le seul « précédent » qu'on puisse trouver c'est Reagan qui était acteur sauf qu'il y a eu 20 ans d'écart entre sa carrière et son mandat. Cependant, un type comme Kanye pourrait, comme Reagan, utiliser son expérience d'homme de spectacle au service de son nouveau poste, sans parler de ramener les jeunes vers la politique, toute la génération 80-90.

Quant à la presse à scandale, ce serait pire que maintenant. Lorsqu'il a été face à des lycéens qui lui demandaient ce qu'il fallait faire pour être président, Obama a répondu « faites très attention à ce que vous mettez sur Facebook ». La vie personnelle des présidents est disséquée. Il n'y aurait pas que la presse à scandale mais aussi la presse généraliste qui s'en donnerait à cœur joie avec un couple présidentiel pareil. Concrètement, la campagne des Républicains se focaliserait uniquement sur ça, Fox News deviendrait une chaîne de TV qui l'attaque personnellement 24h/24. Sa phrase de 2005 « Georges Bush doesn't care about black people » ressortirait tout le temps.


Taylor Swift finirait t-elle vice présidente ?

Kanye West est très sensible, pourrait-il museler la presse et ses concurrents, voire débarquer au congrès ou au siège des Nations Unies pour interrompre des discours comme bon lui semble ?
Difficile. Un mec comme ça président, c'est ingérable. Or les politiques restent maîtres de leurs émotions. Ce serait dramatique pour l'image des USA, catastrophique en politique étrangère, il n'a pas d'expérience et... en fait, ça se rapprocherait un peu de Donald Trump aujourd'hui, qui ne connaît rien, confond Daesh et Al Quaïda, etc. Sauf qu'en plus, si Kanye se comporte mal, ça ne passerait pas du tout. Pour Trump, certains propos passent vraiment très mal, c'est trop pour la presse et aussi pour l'opinion publique. Kanye se mettrait la presse à dos, or c'est une des clés. Il y aurait une désacralisation de la parole et même de la fonction présidentielle.

Son élection le protégerait t-il d'éventuelles poursuites pour plagiat musical ?
Il y a eu l'affaire Paula Jones avec Clinton : un président peut être poursuivi pour des choses qui n'ont rien à voir avec son mandat ou qui ont eu lieu avant, et le procès fait sauter l'immunité. Mais comme pour Clinton, c'est très grave car ça porte atteinte à la fonction. Les Américains veulent avant tout avoir quelqu'un d’honnête or le plagiat est une dimension de mensonge qu'ils ne pardonnent pas.

Peut-il s'habiller comme il veut ? Jupe, T-shirt, truc de grands couturiers, etc ?
L'Histoire US est intéressante : Jimmy Carter s'est servi de ce côté « président normal » (souvent en chemise, il porte lui-même son sac de voyage, etc). Clinton en 92 était en retard aux réunions, ne savait pas faire le salut miliaire... Ca peut marcher au départ mais il y a vite un retour de demande de sérieux et ils obtempèrent. Pour Kanye ce serait un peu ça : j'imagine le voir habillé de manière extravagante puis après quelques mois, les sondages s'effondreraient et il retrouverait un style classique. On arrive à l'autre souci majeur : les gens veulent retrouver un président qu'ils ont aimé ; Obama c'est Roosevelt, Clinton c'est Kennedy, les Républicains veulent un nouveau Reagan... Bon courage pour trouver un équivalent historique à Kanye !

Au niveau international, à quoi peut-on s'attendre avec un ego comme ça ?
Les relations internationales sont basées sur les rapports entre les personnes : Poutine considère Obama faible donc il est allé loin avec la Crimée, Netanyahou pareil, l'image compte. Un président aussi ridicule libérerait un espace pour des tas d'autres pays qui penseraient que les USA ne peuvent plus les bloquer : l'Iran irait au-delà pour l'uranium, Poutine se lâcherait encore plus...

Mais en même temps, Kanye n'est pas seulement fragile, c'est aussi un taré parfois.
Ça nous amène à Nixon et la « mad man theory » : laisser croire qu'on est un peu barge et qu'on est prêt à tout pour empêcher les autres d'agir. Kanye pourrait faire ça, il a l'arme nucléaire, et face à un type aussi barge, on n'oserait rien faire. C'est un peu comme Bush après le 11 septembre, il était prêt à tout, les autres puissances étaient prudentes, ou un peu comme la Corée du Nord aujourd'hui, on se moque mais on y va avec des pincettes... ça peut donc être un atout !

Ce serait l'homme le plus puissant du monde. Son côté mégalo pourrait s'exprimer pleinement ou serait-il limité par la loi ?
Il ne peut pas remplacer une tête du Mont Rushmore, ni s'ériger une statue à la place de celle du Lincoln Memorial, ni modifier l'hymne mais il peut changer le « Hail to the chief » (qu'on entend actuellement à chaque apparition présidentielle) par un de ses morceaux. Les Américains le prendraient affreusement mal, toute cette excentricité les amuserait dans un premier temps mais très vite, ça deviendrait inacceptable. Le président n'a pas de pouvoir législatif, mais un énorme pouvoir de persuasion pour pousser l'opinion dans son sens. C'est un boulot de fourmi dans l'ombre, ça ne correspond pas du tout aux goûts de Kanye West. De la même façon, la Maison Blanche est minuscule comparée à d'autres lieux officiels, le bureau ovale n'est pas si grand, ça va le frustrer... Avec la fonction présidentielle on touche au sacré, l'élu doit être capable d'incarner la nation américaine à lui seul et ça je ne suis pas sûr que ce soit possible avec Kanye West. C'est aussi pour ça que ça n'arrivera jamais.

Yérim est expert en Twitter.