Jackmaster a trois amours : Glasgow, la house et les maillots de foot des années 90

Sachez-le, personne ne déteste autant les Anglais qu'un DJ écossais.

|
févr. 5 2015, 12:30pm

Dans l'imaginaire de la lad culture actuelle, on oublie trop souvent les bros écossais du label Numbers. Spencer, Hudson Mohawke, Space Dimension Controller, Redinho... tous ces mecs cultivent tellement leurs passions pour les DVD de Braveheart et les canettes de bières grand format qu'on a du mal à croire qu'ils dominent la house européenne depuis quatre ou cinq ans. J'ai profité de l'édition hivernale du festival Astropolis à Brest (auréolée par la présence de Model 500) pour parler avec Jackmaster, le rutilant manitou de la nouba britouche. Quand je l'ai retrouvé, il était à la bourre parce qu'il venait de louper son avion, mais il cherchait déjà à taper des clopes à San Proper, râlait contre les mecs qui uploadent des mp3 sans mettre la pochette dans les tags et ponctuait toutes ses phrases par aight mate avant d'éclater de rire.

Noisey : C'est marrant, il y a deux ans, Space Dimension Controller me disait que tu avais une maladie qui te faisait rater plein de vols.
Jackmaster : Ouais, c'est pas vraiment une maladie, mais ça m'arrive souvent... En général quand je mixe à une soirée, que je me marre bien, je commence à être bien bourré et j'ai pas envie que ça s'arrête, tu vois ? Alors je me retrouve à devoir booker avec mon propre argent un avion plus tard le lendemain, juste pour pouvoir continuer à faire la fête.

Mais de temps en temps, assez rarement, si je le sens pas et si je rencontre une super meuf et tout, ça arrive que je fasse un statut Facebook disant que j'ai loupé mon avion juste pour rester plus longtemps avec elle, tu vois ?

Tu vas prendre des photos ? Attends prends mon maillot, mate.

Ah ouais, on dirait celui de Bernard Lama en 1992.
Non mec, c'est le maillot de l'Ecosse 1990, mais pas celui à domicile ni celui à l'extérieur, c'est le troisième, genre pour les matchs spéciaux ou les derbys. Je l'ai vu à la télé, et direct j'ai pris une photo en demandant sur Twitter si quelqu'un pouvait me le trouver sur eBay, et j'ai fini par mettre la main dessus. Maintenant, je vais commencer à collectionner les maillots de l'équipe d'Écosse et du Celtic, parce que c'est la putain de meilleure équipe du monde, ok ?

J'imagine que t'es pas un fan des Rangers.
Ouais, j'emmerde les Rangers, enculés d'Anglais. Mais en vrai, mon équipe préférée, c'est le Partick Thistle FC, la troisième équipe de Glasgow. Ils sont un peu nuls, mais ils sont en Premiere League, donc faut respecter.

En plus d'avoir trois équipes de foot, vous avez l'air d'être pas mal branchés house, entre Numbers et la scène Sub Club. On va peut être enfin arrêter de toujours rattacher Glasgow à Belle & Sebastian et aux Pastels.
Ouais, mais il y a aussi le label Soma, les premiers à avoir sorti un disque de Daft Punk. Il y a plein d'éléments qui font que Glasgow est une ville dingue : le shop Rubadub, là où j'ai commencé à travailler. C'était le premier et le seul endroit, avec Fatcat et Hard Wax à Londres, qui importait de la techno US. Et honnêtement, Rusty, HudMo et moi, on a tous été influencés par ce putain de shop, tu vois ? J'y ai bossé dès mes 14 ans, HudMo se pointait là-bas à l'époque où il s'appelait DJ Itchy et qu'il était champion DMC, je me souviens, c'était un petit mec tout timide. Maintenant qu'il sait que c'est un génie, il est plus du tout pareil, ahah.

Faudrait que tu viennes chez moi faire la fête pour comprendre ce que c'est Glasgow, sérieux, viens, tu peux dormir sur mon canapé et on va te montrer que c'est l'inverse de Londres.

C'est à cette époque qu'on a commencé à me surnommer Jackmaster, alors que je ne connaissais pas du tout Farley. Enfin, tu le sais sûrement, Richie Hawtin avait aussi sorti un album sous le nom Jackmaster. Le premier mec à avoir pris ce nom, je pense que c'est Steve « Silk » Hurley, quand il s'appelait Jackmaster Silk, et comme c'était le meilleur pote de Farley, il a pris le même blase.

Mais maintenant, c'est relou, parce que quand je joue à Chicago, je me fais envoyer chier par un paquet de mecs, genre y'a qu'un seul Jackmaster et c'est pas moi. Fermez vos gueules, c'est Steve « Silk » Hurley, c'est Farley, c'est Richie Hawtin, et je m'appelle Jack, et quand je travaillais à Rubadub, on m'appelait Jackmaster. J'ai même pas choisi ce nom putain : c'est devenu officiel quand j'ai rencontré Claude Young, il m'a demandé comment je m'appelais et j'étais là « ben, Jack Revill » et il m'a dit « non mec, c'est tout pourri ça. On t'appelait Jackmaster à Rubadub, ce sera ton nom de DJ ».

Je suis un peu emmerdé, je pensais que ton nom venait de Keith Farley et j'avais un tas de questions à ce sujet. Genre ta chanson préférée avec Darryl Pandy, tout ça.
Oh tu sais, je suis devenu fan, grâce au shop. Mais euh... ma première chanson avec Darryl c'est certainement... attends un instant [il fouille sur google]. Et merde, c'est « Love Can't Turn Around ». Mais ma chanson préférée d'un mec qui s'appelle Jackmaster, c'est ce truc qui fait tutututu, what is love hilaplaplaplpahiii mmm. Voilà, «The World Is Love » de Steve « Silk » Hurley et de n'importe quelle personne qui s'appelle Jackmaster. Quoi que celle de Richie Hawtin, « Bang The Box », elle tue : bang, bangbang bangbangbangbang. C'était le meilleur à cette époque là, aight.

Y'a trois ans, Numbers et toi aviez organisé le festival Pleasure Principle en Cornouailles. Vous allez en faire un nouveau ?
Pffff, non c'est trop d'argent. Quand tu fais un festival, la première année, tu perds forcément un paquet de pognon, tu dois construire une marque et tout. Ça prend aussi un temps fou, c'est taré. Mais ouais, c'était trop bien putain, il faut qu'on en refasse un.

Loïg Hascoat sera toujours notre Loïg Hascoat. Il est sur Twitter.