Nicki Minaj est-elle en train de se transformer en Rohff ?

C'est une question que personne ne se pose. Nous allons donc tenter d'y répondre.

|
sept. 5 2018, 4:14pm

Illustration : François Dettwiller

Le 10 août dernier sortait l’album Queen, le nouveau blockbuster de l’été signé Nicki Minaj. La rappeuse était attendue au tournant et a livré un disque de bonne facture pour ceux qui aiment son style, même si la longueur de la tracklist donne forcément un côté fourre-tout avec les inévitables tentatives pop et patati et patata. Pour autant, ce qui aurait dû être une sorte de retour triomphal a connu une sacrée sortie de route et même plusieurs carambolages. Et souvent comme dans ce genre de cas, il est assez malsain mais toujours divertissant de s’arrêter pour prendre des photos.

Suite à des chiffres de vente qui n’ont en réalité rien de honteux, notre amie a uniquement retenu le fait qu’elle n’était pas numéro 1 dans les charts, et s’est lancée depuis dans un mélange improbable de justifications en tout genre et d’attaques sur tous ceux qu’elle pensait être responsables de ce semi-échec. Forcément les réactions du public et même de l’industrie ne se sont pas faites attendre et la sentence est tombée : c’est une attitude de loser plus ou moins stupide et aigri. Ce qui signifie qu’en à peine une semaine Nicki a réussi à accomplir ce qui avait quand même pris deux-trois ans à Rohff : pourrir sa propre image et faire oublier son talent. Examinons ce phénomène de plus près pour voir s’il est irréversible.

Le clash

Du côté de Rohff, la brouille avec Booba qui a dégénéré en embrouille puis en cacophonie générale trouvait son origine dans un simple featuring, « Cru », aux côtés de Rim’K et Booba donc. Dans la version Minaj, c’est un peu différent mais on part de la même base. Le public l’oppose pour une raison arbitraire à Cardi B, en estimant que leurs styles se ressemblent et que l’une est fatalement destinée à remplacer l’autre et absorber ses pouvoirs suite à un combat où la mort serait la seule issue, un peu comme dans Highlander mais avec plus de cul. Du coup, sur le featuring en compagnie de Migos, le couplet de Nicki est un peu bizarre, on a l’impression qu’elle a écrit/rappé/tourné sa partie du clip de son côté, elle rappelle super sérieusement qu’elle est la meilleure là où Cardi ne pense qu’à s’éclater, bref c’est un peu la détresse. Et maintenant que Cardi l’a officiellement dominée niveau ventes, tout a pas mal dégénéré et Nicki cache avec de plus en plus de mal son désamour de sa consœur qui pour le coup ne semblait pas hostile. Toujours sur la même ligne, elle a trouvé (s’est fabriqué?) un autre ennemi avec Travis Scott pour la seule et unique raison qu’il la dépasse aussi à ce niveau-là. Sans doute inspirée par Rohff et ses rimes sur la maman de Booba, Nicki s’en est également prise à la copine et même plus ou moins au bébé (autant y aller à fond) de Travis. Et ça c’est grand.

Les trahisons

Ce qui a lentement mais sûrement fait péter les plombs à Rohff, c’est aussi de voir ses anciens super meilleurs potes venir dans le plus grand des calmes partager le micro avec son ennemi juré, années après années. Comme chacun sait, en Amérique tout va plus vite. Du coup Drake, à la base proche de Nicki et en bons termes avec elle, a tout simplement invité Travis Scott sur scène avec lui à Toronto pour le hit Sicko Mode.

La paranoïa

On se souvient tous des communiqués facebook de Rohff longs comme le bras où il s’en prenait à la fois à des médias (magnifique hashtag #MouloudAchourJtmPas, pour les fins gourmets), à ses confrères et à l'industrie.

Et bien sûr il y avait tout le côté théorie du complot « c’est parce que je suis un mec de rue, et du coup ils m’aiment pas ». La rappeuse du Queens a elle sorti son kit « c’est parce que je suis une femme, du coup ils me respectent pas ». Elle s’en est également pris à des médias qui titraient sur le report de sa tournée, à un responsable de billetterie qu’elle accuse de saboter son travail, et bien sûr, au streaming. Dans les deux cas, c’est un point central. Nicki Minaj a clairement mis en cause Spotify qu’elle accuse d’avoir sous-exposé voire boycotté son album la première semaine par pure mesquinerie. Rohff lui est allé plus loin en expliquant qu’il n’accordait aucune confiance à ces sites qu’il soupçonne de mettre en avant ses adversaires tout en le maintenant dans le bas du panier, au point d’annoncer que son futur album ne sera jamais disponible en stream. On y est presque.

Faire un featuring avec une fille perdue

Des deux côtés de l’Atlantique, il y a un signe qui ne trompe pas. En période de crise, on fait parfois des mauvais choix dans ses collaborations avec d’autres artistes. Cela donne souvent des featurings qui ne sont pas forcément bien compris par le public, ou qui sont tout bonnement dégueulasses à entendre, à voir et même à imaginer. Pour Rohff, c’était Tu Pardonneras avec Jena Lee et sa teinture violette. Et bah ça n’a pas loupé, Nicki Minaj aussi s’est acoquinée avec une jeune chanteuse aux cheveux multicolores sur le titre Fefe. Sa copine de featuring est tellement insupportable que malgré les efforts de la rappeuse, MTV n’a même pas daigner l’inviter aux VMA.

Les sorties médiatiques

Pendant la période où la guerre était déclarée, à peu près toutes les interventions de Rohff étaient des pépites inestimables. Que ce soit l’auto-interview où il explique que les boucles d’oreille de Booba c’est un truc de marin pédé, le coup de pression à Fred en plein Planète Rap, le légendaire « toi tu vas à la table des zoulettes », l’anecdote émouvante où il explique que dans un car où voyageaient à la fois Time Bomb et la Mafia K’1fry il avait renversé sans faire exprès un verre d’eau sur le crâne de Booba, on touchait au sublime à chaque fois. Nicki ne joue pas sur le même créneau mais nous a offert depuis une semaine un spectacle de la même intensité, si ce n’est plus. En effet elle a droit à son show radio via Apple Music : Queen Radio. Et c’est tout bonnement fantastique. Il serait fastidieux de tout énumérer donc allons à l’essentiel, vous devez écouter ça. Si vous aimez Nicki Minaj, vous devez écouter Queen Radio. Si vous détestez Nicki Minaj, vous devez écouter Queen Radio. Totalement aux commandes, notre héroïne se lance dans des diatribes sur à peu près tous ceux qu’elle voient comme ses ennemis, se compare à une abolitionniste dans son combat pour l’émancipation et le contrôle de sa musique, fait une dédicace à Margaret Thatcher avec des sanglots dans la voix, change d’ailleurs de voix à volonté, murmure de temps à autre des « suck my dick » de bon aloi, convie Tyga juste pour qu’il crache sur son ex Kylie Jenner, explique qu’elle préfère les coups de couteau aux câlins, décerne des prix de son cru comme le « hoe nigga of the week » ou encore le « cocksucker of the day », le tout ponctué de bruitages de coups de feu et autres joyeusetés. C’est merveilleux.

L’amour des popstars

Ça, c’est Nicki Minaj avec Madonna dans les coulisses de la cérémonie des Video Music Awards.

Sinon, ça, c’est la réunion de Rohff avec Céline Dion. Coïncidence ? Je ne pense pas.

Être réduit à une caricature

Certes, Nicki n’a pas l’âge de son homologue français, du coup la longévité de leurs carrières respectives n’a absolument rien à voir. Par contre la rapidité avec laquelle on oublie tout ce qu’elle a fait pour ne la considérer qu’en version ultra limitée est sensiblement la même que pour le Vitriot. De la même façon que toute une génération qui n’a pas grandi avec les classiques de Housni le considère à présent au mieux comme « le mec qui déteste Booba », toute une frange d’auditeurs qui n’aimaient déjà pas la rappeuse à la base ne se privent pas de la décrire comme une haineuse qui a percé grâce à son cul et strictement rien d’autre. Son passé de mixtapeuse acharnée et même ses anciens tubes semblent carrément effacés de l’histoire comme Trotsky sur les selfies de Staline. Et c’est sans doute ça le plus triste, on oublie quand même qu’au départ, on a affaire à une artiste loin d’être nulle.

Partir en couilles sur les réseaux sociaux

Un incontournable de ROH2F, que la membre de Young Money s’est empressée d’appliquer à la lettre. A l’époque de la sortie du clash de Remy Ma on avait déjà senti comme une prédisposition à s’en prendre à la terre entière quand tout ne se passe pas comme prévu, mais là on est clairement passé au niveau supérieur de la haine. Sans aucun respect pour la ou les personnes qui ont dû à un moment de leur vie tenter d’être son community manager, la donzelle a d’abord tenu à expliquer pourquoi elle était numéro 1 même si elle était numéro 2, puis a attaqué la concurrence en les accusant de tricherie en tout genre avant de répondre avec virulence à des internautes lambdas qui n’en demandaient pas tant comme le MC du 94 dans ses grands jours. Même dans les arguments avancés ça rappelle les grandes heures de la sortie de La Cuenta. Rohff blâmait les chutes de neige pour ses faibles chiffres en première semaine, Nicki quant à elle explique tout simplement que les chiffres de Travis Scott sont truqués puisqu’ils prennent en compte les formules merchandising type vêtement acheté/album offert avec, et dénonce aussi le fait qu’il se serve de sa compagne Kylie Jenner pour faire la pub de sa tournée. C’est plus compliqué que la neige mais c’est tout aussi perché et ça force le respect.

Les prédictions de fin de carrière

Comme Rohff depuis maintenant plusieurs années, Nicki a essuyé de nombreux commentaires assez péremptoires qui ont annoncé plus ou moins ouvertement sa fin, pure et simple. Et les raisons sont exactement les mêmes. Il a suffi d’un délai jugé trop long entre son ancien et son nouvel album, de ventes en baisse et d’un comportement inapproprié et hop le tour est joué, pas mal d’auditeurs prophétisent une chute dont elle ne pourra jamais se relever. Cela se base sur finalement pas grand-chose mais ça fait toujours son petit effet sur le mental de la personne concernée.

Ce qui manque encore à Nicki

La baston, évidemment. Et a priori ça n’arrivera pas de sitôt. C’est bien dommage, on aurait adoré assister à un combat dans la boue entre Nicki et Cardi mais il faut se faire une raison. Il faudrait ensuite un naufrage total en terme de ventes et là encore on en est loin puisque ses singles continuent de cartonner même si ce n’est plus le cas de son album. Mais surtout, il faudrait que son public tout entier devienne amnésique et la lâche peu à peu, or la communauté des barbz semble bien plus déterminée que les fanatiques de Rohff. Du coup, des marques lui font encore confiance, et pas n’importe lesquelles.

Bref, bel effort, mais c’est pas encore ça, et pourtant tout le monde y croyait.

Yérim Sar est sur Noisey.