Suite à un défi stupide, un journaliste regarde l'intégralité de la finale de l'Eurovision

Yérim Sar

Yérim Sar

Et autant vous dire que les Victoires de la Musique, c'était une promenade de santé à côté.

Le 10 février dernier, je tentais, à l'invitation de mon rédacteur en chef, une expérience aussi inédite que douloureuse : regarder en entier la cérémonie des Victoires de la Musique, dans le but de livrer à l'humanité un témoignage de première main sur cette abomination. L'article a, par la suite, donné lieu à nombre de commentaires plus ou moins amusants. L'un d'entre eux sous-entendait très clairement que la médiocrité des Victoires n'était rien comparée à l'horreur de l'Eurovision. Interprétant le message comme un défi, je me suis donc retrouvé ce samedi 13 mai devant mon écran pour vérifier par moi-même les allégations de cet internaute.

21h - Top départ, la soirée a lieu à Kiev et sera commentée par le chanteur Amir, mais aussi par Stéphane Bern et Marianne James - visiblement le 4e cavalier de l'apocalypse n'était pas dispo. En raison des bombardements à Avdiivka et de la mort de civils, le président ukrainien a annulé sa présence. Le mec a réussi à trouver une excuse béton pur esquiver cette épreuve, faut lui reconnaître ça.

21h02 - Le défilé des candidats commence, et ce n'est pas une façon de parler, ils les font réellement défiler sur la scène les uns après les autres, comme dans les concours de miss ou les compétitions agricoles. Pas de doute, la musique va être à l'honneur ce soir.

Stéphane Bern a déjà réussi à placer une anecdote inutile sur une reine française. Marianne James appelle le concurrent italien « Pizza Calzone ». Amir doit probablement déjà regretter tout un tas de choses à ce stade, notamment de ne pas avoir prévu plus d'alcool pour la soirée - en tout cas à sa place c'est à ça que je penserais.

« V ous allez passer 5 heures avec nous ». Les mecs ne précisent pas du tout si c'est une vanne et c'est particulièrement angoissant.

21h09 - Les costards des 3 présentateurs me font perdre 5 points à chaque œil et les plans sur le public avec des carrés de cinglés qui agitent leur drapeau rappellent l'âge d'or d'Intervilles.

21h12 - C'est un chanteur israélien qui ouvre le bal. Apparemment leur définition de l'Europe est la même que celle d'un toxicomane aveugle à qui on aurait demandé de placer des noms de pays au pif sur une mappemonde. Chorégraphie type 2be3 et vocalises type Castafiore, les sourires du type sont terrifiants et, vu que ça ne suffit pas visiblement, le réal multiplie les gros plans, permettant au type de, lui, multiplier les clins d'oeil face caméra.

21h15 - On parle d'une star « déguisée en drag queen » sans que je comprenne pourquoi. Je m'attends au pire.

21h16 - On voit unePolonaise sauter dans la boue dans son spot de présentation - c'est la tradition visiblement. Elle a déjà plus de voix que le castrat de Tel Aviv mais ça reste au niveau d'une BO de James Bond période Pierce Brosnan. Un violoniste donne sa vie sur scène à côté d'elle mais personne ne le filme.

21h20 - « Un couple biélorusse chante sur un aéroglisseur ». On dirait vraiment le début d'une blague ratée mais cette phrase est dite le plus sérieusement du monde. On note que leur aéroglisseur n'est pas en mouvement. « Hey, hey, ayayaya ho », leur joie de vivre est répugnante et leur jeu de scène me rappelle pourquoi j'ai voté « Non » au référendum sur la constitution européenne. « Le guitariste ressemble un peu à Rémy Bricka », je ne sais pas qui est cette personne mais je suis à peu près sûr que la comparaison est insultante pour au moins une des ces deux personnes.

Alors ça, c'est typiquement le genre de chanson où personne n'a besoin de comprendre les paroles pour savoir que ça raconte de la merde. Et ils se galochent à la fin ; « premier baiser de la soirée », s'exclame un commentateur, ce qui signifie que d'autres vont suivre et ça me terrifie d'avance. Pour l'avenir de l'humanité, il va falloir veiller à ce que ces deux-là ne se reproduisent pas. Jamais.

21h24 - « Je salue tous les gens qui suivent l'Eurovision dans des cinémas ». Les symptômes de la dépression sont multiples, ils peuvent se caractériser sous forme de symptômes psychiques, symptômes comportementaux et physiques.

L'Autrichien débarque, et OH PUTAIN cette voix n'est pas inconnue. Qu'est-ce qui est pire que Christophe Maé ? La version autrichienne de Christophe Maé. Au cas où vous doutez de la filiation, le mec a insisté pour avoir un croissant de lune dans son décor, et des nuages sur l'écran géant.

21 h 28 - « Il y a de l'ethnicité, deux danseuses vont la rejoindre pour former une femme à 6 bras ». C'est deux bras de plus que Goro de Mortal Kombat, mais je ne vois pas vraiment le rapport avec une quelconque ethnicité. Une fois la musique terminée, les historiens sont unanimes, c'est sans doute la pire chose qui est arrivée au peuple arménien depuis le génocide.

21h32 - « On regrette le temps où ça chantait dans sa langue natale ». Je sais ce que vous vous dites, on pourrait surtout regretter le temps où ça chantait bien, mais cette période n'a jamais existé à l'Eurovision.

21h33 - « E les sont 3 sœurs, leur nom vient du groupe sanguin de leur mère, la chanson a été écrite par leur père et le fiancé d'une d'elles ». Ok donc toute une famille de pouilleux s'est rassemblée pour accoucher d'un truc que Disney n'oserait même pas passer après un générique. Et bien sûr, la caméra zoome sur des tarés du public avec des T-shirts à l'effigie des 3 supernanas en photo. « II faut rendre hommage aux fans ». Il faut surtout les aider à s'en sortir, ce n'est pas une fatalité.

21h37 - Un présentateur danse la danse ukrainienne, plus précisément celle où tu es accroupi et tu balances tes pieds l'un après l'autre, pour moi c'est une danse russe, mais j'imagine que c'est un débat façon « grec ou kebab », donc bon, la prudence avant tout.

21h38 - « Il était déjà là quand je présentais l'Eurovision en 2010 ». Stéphane Bern a définitivement une vie de merde.

21h39 - C'est enfin l'arrivée de la Moldavie avec le fameux « saxophoniste fou », surnommé epic sax guy sur la toile. J'espère ne pas être déçu.

Après leur performance il semble que « saxophoniste fou » ça veut en fait juste dire un mec qui danse en soufflant dans son instrument. Et c'est tout. Tous mes espoirs se jettent dans un ravin en faisant le moonwalk. Cependant, tout ça doit nous rappeler que le méchant dans Ghostbusters II c'était Vigo de Moldavie ou je sais plus quoi, et que ça restera le truc le plus classe que ce pays a jamais engendré.

21h41 - « Il va chanter en hongrois et en rom, il est d'origine Rom », « il tapait sur un bidon de lait vide avec ses bagues, c 'est comme ça qu'il a commencé la musique ». Ok, donc là on a un sérieux client, c'est comme si on avait réuni tous les quotas de la soirée en un seul homme. Et dans la seconde partie du morceau le type se met à carrément... à rapper ?! Rapper très mal, ça reste l'Eurovision mais j'imagine que pour eux c'est la révolution. Et ça donne 4 minutes bien plus efficaces que 1h32 de À bras ouverts.

21h46 - « Il va chanter en italien et être rejoint par un singe sur scène ». D'accord, après 45 minutes à peine, on est déjà dans la partie vidéo gag. Un chanteur à la moustache agressive tape effectivement une chorégraphie accompagné d'un ami poilu. Nouveau crève-cœur : ce n'est pas un vrai singe. Il fait ensuite quelques pas qui se rapprochent de ce qu'on pourrait appeler le breakdance, ce qui explique le choix du déguisement.

21h50 - Danemark : « Depuis qu'elle a 11 ans, elle rêve de participer à l'Eurovision. » Une enfance difficile, donc. « Elle ressemble un peu à Léa Seydoux. » Oui, elle est blonde quoi.

21h52 - Des maniaques ont allumé plein de briquets dans la salle, plongée dans le noir. Quand on y pense, la sécurité doit être béton parce que la fosse est de toute évidence blindée d'alcooliques et il n'y a aucun débordement.

21h53 - Portugal : « Arrêtez tout ce que vous faites c'est l'heure du slow ». La faille spatio-temporelle continue de s'agrandir. « Sa sœur lui a écrit cette chanson, il me rappelle Tim Burton. » J'espère qu'on parle pas du Burton actuel parce que les gros plans sur Johnny Depp maquillé en clown ça va 2 secondes.

Ça part bien, le mec n'a pas de voix, il mime un type qui joue du violon, fait plein de gestes maniérés inutiles et surtout il a beaucoup trop de cheveux. Et il y a un décor de forêt derrière lui (le côté Burton sûrement), j'espère que le cavalier sans tête va débarquer sans prévenir.

« C'est d'autant plus émouvant que c'est un garçon très fragile qui a un souffle au cœur et qui est en attente d'une greffe. » OK, en gros c'est le genre de mec qui regarde Grand Corps Malade en le traitant de petit joueur. Ceci dit ne nous éparpillons pas, si j'avais voulu du chantage à l'émotion j'aurais regardé le Téléthon et si j'avais voulu du chantage à l'émotion et des chansons à chier j'aurais regardé les Enfoirés. Ne mélangeons pas tout sinon on s'en sortira pas.

21h59 - Azerbaïdjan : il y a un mec avec une tête de cheval qui danse debout sur un escabeau et la chanteuse est une sorte d'adulte déguisée en ado rebelle devant un tableau de classe avec des mots écrits comme « sensation, bad boy, skeleton », etc, le genre de truc que des ados désœuvrés pouvaient marquer au tipex sur leurs Eastpak il y a 20 ans. On va pas se mentir, j'ai surtout regardé le mec avec la tête de cheval qui, rappelons-le, dansait de façon robotique, debout sur son escabeau. Petit mot de la fin ? « Merci, on peut changer le futur, merci. » C'est tout ce qu'on vous souhaite.

22h02 - Croatie : un type ressemblant à Sam de Game of Thrones chante moitié comme un mec d'opéra et moitié comme Britney Spears, audacieux. Et tellement surjoué façon TDI qu'on dirait Gollum qui se parle à lui-même. Apparemment, il s'est tapé une polémique à cause de son homophobie, mais je suis pas sûr qu'il était nécessaire d'aller jusque là, sa voix infernale aurait largement suffi à provoquer 2-3 manifs.

22h06 - Australie : je ne sais pas ce qui est le plus étonnant, que ce concours s'appelle toujours « Eurovision » ou que des pays si éloignés insistent pour participer à un tel fiasco. En tous les cas, un Justin Bieber aborigène fait son entrée, et comme c'est la première (et dernière, faut pas déconner) touche colorée de la soirée, les commentaires franchouillards sont au top : « on dirait un Indien dans la ville », « nan il est plus comme Mowgli ». Ma France éternelle.

22h11 - Un présentateur va voir les concurrents déjà passés, chacun dans son carré VIP et il est clair qu'ils sont déjà tous bourrés.

22h13 - Grèce : « Elle a 2 danseurs qui vont patauger avec elle dans l'eau, ils sont très beaux, ça va vous plaire Stéphane », « elle a la couronne de fleurs, elle a beaucoup de couronnes dans les dents aussi »... À partir d'une certaine heure de la soirée, Amir peut également animer vos baptêmes, mariages et bar mitzvahs.

22h17 - Espagne : des clones des frères Hanson se pointent avec des guitares acoustiques et des chemises hawaïennes parce que #yolo. Le chanteur a essayé de pousser sa voix, le plan a échoué. Il leur reste la plage, sur laquelle ils font, je n'en doute pas, des ravages.

22h21 - Norvège : « Le DJ a un masque qui va s'allumer exactement comme Kylo Ren dans Star Wars. » Quoi que ça puisse bien vouloir dire. Ceci dit, c'est un bon moyen de ne pas comparer ces Norvégiens à d'autres musiciens. Parce que niveau formule DJ electro/chanteur, ce duo est à Daft Punk et The Weeknd ce que le pâté pour chien est au foie gras.

22h25 - Le sourire des présentateurs rappelle ceux des méchants d' A la poursuite de demain , à la différence près qu'aucun héros ne les éliminera.

22h26 - Place à un sketch des présentateurs, qui ne doit pas être tellement pire que ceux des deux humoristes des Victoires de la Musique. Sauf que ce sketch initialement en anglais est traduit par Marianne James et Stéphane Bern, donc on passe automatiquement de nul à exécrable.

22h33 - Un Chypriote en pantacourt se met en position fœtale tout en beuglant dans sa langue natale.

22h37 - Roumanie : « Lui, il rappe et elle a une technique de yodel impressionnante ». Traduction : un désaxé se prend pour Eminem à côté d'une folle qui hurle « yoleeeiii, yoleeeiii ». Le « rappeur » est juché sur un canon, il doit sans doute avoir quelque chose à compenser. C'est vrai qu'on n'a pas beaucoup parlé des décors jusqu'ici mais ne vous y trompez pas, c'est niveau spectacle de fin d'année d'une classe d'enfants « différents » comme on dit pour ne pas leur faire de la peine.

« Je mets la France entière au défi d'oublier cette chanson d'ici une semaine ». Pourquoi pas Amir, perso je mets une seule personne au défi de retenir cette chanson d'ici la fin de la soirée.

22h42 - Allemagne : la chanteuse est pieds nus et a une coupe de cheveux datant de la RDA, c'est un non négatif.

22h46 - « Bientôt une nouvelle émission aura lieu, sur les meilleures chorales de l'Europe » . À ce niveau-là, c'est une pandémie.

22h47 - Ukraine : « Tout ce qui est tatoué est à moué »... MAIS PUTAIN. Même Kyo est plus rock que ça.

22h51 - Comme les trois quarts des candidats, la Belge vient tout droit de l'émission The Voice et elle est comparée à « Dido, en plus moderne », ce qui est à peu près rabaissant pour Dido, la modernité et la race humaine en général puisque ça veut dire qu'elle n'a pas de voix et qu'en plus l'instru est nulle. Et en plus elle s'appelle Blanche, au cas où des gens aient encore des doutes sur le ton de la soirée.

« Elle est venue me voir en concert en Belgique pour me dire : Amir, je veux suivre tes pas. Depuis, je la parraine un peu. » L'erreur.

22h56 - Une sorte de sous-Robin Thicke suédois se prend apparemment pour Bruno Mars.

22h59 - Bulgarie : un mini-Christophe Willem qui a fait The Voice Kid débarque. Ça se confirme, The Voice est la succursale de l'Eurovision, ceux qui repèrent les enfants en détresse et qui les conditionnent, comme les réseaux de prostitution.

23h03 - France : ça fait 2h que les commentateurs se paluchaient, Alma arrive, et c'est évidemment aussi nul que tout ce qui a précédé et tout ce qui suivra. Mélange de français et d'anglais, des bouts de Paris en lévitation/basculement façon Inception avec le budget d'un Mocky, cette chose réussit à fusionner tous les défauts du r'n'b français avec les tares de la variété. Niveau lyrics on est sur du « Embrasse-moi dis-moi que tu m'aimes », apparemment le parolier s'est pas foutu de sa gueule.

23h08 - On l'attendait tous, c'est le moment genderfluid. « C'est un travesti, il a toujours cette étoile sur la tête ». Les coutumes de cette cérémonie sont décidément très intrigantes.

23h10 - Vu que c'est l'heure du vote, c'est l'occasion de remontrer des bouts de TOUTES les performances précédentes. Bordel.

23h17 - Une chanteuse ukrainienne arrive en bonus. Cette femme est aussi députée là-bas, en gros c'est comme si Ségolène Royal et Shy'm étaient la même personne, ce qui est une perspective parfaitement terrifiante.

23h21 - Ils remontrent tous les participants pour le vote. Bordel... Ça devient déjà très insupportable et ni le groupe d'électro-mélasse ni l'orchestre folklorique de Roumanie (c'est eux-mêmes qui s'appellent comme ça, j'y peux rien) ne compenseront quoi que ce soit.

« J'imagine que c'est la folie dans les cinémas, vous devez avoir quitter vos fauteuils, vous êtes en train de danser. »

Pour rappel : « Le déni (Verleugnung) est une notion théorisée par Sigmund Freud pour désigner la non-considération d'une partie de la réalité. L'acte de déni refuse de prendre en charge certaines perceptions : un fragment, éventuellement important, de la réalité, se voit totalement ignoré ; la personne qui dénie se comporte comme si cette réalité n'existait pas, ou existait différemment ».

23h35 - Une petite fille se fait harceler par un des présentateurs, et nous rappelle les pires heures de Pascal Sevran. « Votez avec vos têtes, vos cœurs et vos doigts », nous dit-elle. On ne saura jamais si c'est la traduction de Marianne James qui est en roue libre (d'ailleurs elle prend une voix exagérément naïve pour se foutre de la gueule de la petite, c'est le jeu) mais ça sonne assez dégueu dit comme ça.

23h37 - On-remontre-les perfs-et-on-demande-de-voter, troisième sommation.

23h41 - La championne de l'année dernière revient jouer les bouche-trous avec une chanson « très disco » (spoiler : non). Le meilleur moment de son passage : lorsqu'un Australien fait irruption sur scène pour montrer son cul avant de se faire tej par la sécurité. Qui que tu sois, merci à toi, ça faisait 3 heures 41 que je t'attendais.

23h45 - Le « vote » est un système de SMS surtaxés, ce n'était pas une légende urbaine, cette cérémonie combine donc bien les pires défauts des Victoires de la musique avec ceux d'une émission de télé réalité.

« Choisir une chanson à l'Eurovision c'est comme prendre un chocolat dans une boite de chocolats, ils font tous envie. » Forrest Gump n'est pas mort pour qu'un présentateur psychopathe souille sa mémoire comme ça, bordel.

« Ça va mettre une heure, le temps qu'ils annoncent tous les résultats »... HEIN ?

00h05 - C'est interminable, Marianne James suppose que les Italiens ont « mis trop de parmesan » ce qui explique un vote pour l'Azerbaïdjan, Bern évoque la fête de la saucisse quand on passe à l'Allemagne et bien entendu on a droit au retour du travesti qui danse comme un mec bourré et est suivi par toute la foule - autant de preuves flagrantes que cette soirée doit impérativement s'arrêter avant de sombrer dans la débauche.

00h17 - La façon d'annoncer les résultats en partant des plus nuls est très laborieuse mais aussi un brin sadique, et ça c'est beau à voir. Un abruti confond Bucarest et Budapest, l'emo portugais continue de tout rafler, Bern trouve des explications surréalistes aux votes (« le roi du Portugal avait épousé une Anglaise au 14e siècle, ça laisse des traces »), tout comme le monsieur à l'intérieur de la tête de cheval, je m'interroge sur les choix de vie qui m'ont mené jusqu'ici.

00h36 - Grand Cœur Malade gagne, Marianne James pleure et explique qu'elle savait dès le début que ce serait lui alors que personne n'a jamais dit ça. Il y a un moment horrible où on a l'impression que le mec va RECHANTER son morceau abject, si c'est sa façon de dire merci c'est pas très sport. Heureusement, il a les mains prises par le trophée de l'Eurovision qui, au cas où des gens se poseraient la question, est encore plus laid que celui des Césars.

Sur Twitter, un gentleman de la télé envoie un émouvant message de soutien à Alma tandis que le Portugais fragile annonce le retour de la vraie musique, et effectivement, la fin de cette cérémonie va souvent de pair avec ça. Si au moins il avait sorti une vanne du style « j'aurais préféré une greffe de cœur plutôt que cette merde » en montrant son trophée, mais même pas.

Adieu Eurovision, plus jamais ça.

Le rendez-vous est pris avec Yérim pour la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde 2018. En attendant, il est sur Twitter.