On a reçu la première tape de Mohamed Lamouri

Huit titres de la star souterraine de la ligne 2 du métro parisien, mêlant chansons du folklore algérien, adaptations mutantes de tubes interplanétaires et reprises de légendes du raï.

|
avr. 5 2016, 9:45am
Si vous habitez Paris vous le connaissez déjà. Au minimum, vous l'avez croisé une fois. Au pire, vous en avez entendu parler. À Paris, Mohamed Lamouri est une star. Une star souterraine. Qui gratifie chaque jour la ligne 2 du métro des ses mélopées extra-terrestres jouées au synthétiseur.

On vous en avait présenté une - sa reprise du « Billie Jean » de Michael Jackson - il y a pile un an, on la multiplie par 8 aujourd'hui avec une cassette sans titre ni tracklist éditée par La Souterraine. 8 titres issus de la même session, enregistrés le 21 mars 2014 au Parc des Buttes Chaumont par Audrey Ginestet (bassiste d'Aquaserge), mêlant chansons du folklore algérien, adaptations mutantes de tubes interplanétaires et reprises de Cheb Hasni, légende du raï dont le morceau « Beraka » avait provoqué la colère des fondamentalistes religieux à la fin des années 80, et qui mourra assassiné en 1994 à l'âge de 26 ans.

Vous pouvez vous amuser à identifier chacun des 8 titres présents sur cette tape ou juste l'écouter telle qu'elle est, sans trop vous poser de questions, la musique de Mohamed Lamouri n'ayant pas vraiment besoin d'être analysée ou justifiée tant elle touche à l'essentiel : quatre notes, une mélodie fuyante, un instrument en bout de course et une voix brisée par un sentiment de regret infini. Dans un cas comme dans l'autre, ça se passe en tout cas juste en-dessous, pour la première fois dans l'Histoire des mélopées extra-terrestres jouées au synthétiseur sur la ligne 2.

Mohamed Lamouri sera en concert ce jeudi 7 avril à Paris, à la Mécanique Ondulatoire, pour la Fête Souterraine, aux côtés de Mdou Moctar.