Martin Gore s'amuse toujours comme un gamin

On est allés passer un moment avec le cerveau de Depeche Mode pour parler de Beethoven, d'Aphex Twin et de son nouvel album solo, « MG ».

|
avr. 7 2015, 12:25pm



Depeche Mode, c'est lui. Avant d'entrouvrir frileusement la porte à son Dave Gahan de chanteur, Martin Gore (ou Martin L. Gore, pour les esthètes de la consonne) a composé seul, pendant 25 ans, les tubes du groupe de Basildon. Et vu le nombre insensés de strikes thermonucléaires que Depeche Mode a enchaîné, on comprendra aisément que le type ne soit pas simplement considéré comme un songwriter de génie. Ce mec est une force de la nature. Une machine à hymnes générationnels. Malgré son statut de demi-Dieu pop, Martin Gore reste paradoxalement un mystère. Calme, discret, préférant laisser toute la lumière sur Gahan, le cerveau du seul groupe des années 80 encore capable de remplir n'importe quel stade du monde en quelques minutes sort aujourd'hui son premier véritable album solo, MG (ses précédents efforts, Counterfeit 1 et 2, n'étant composés que de reprises -sublimes, certes), sur Mute. On en a profité pour aller passer un moment avec lui et lui poser quelques questions sur Beethoven, Aphex Twin et, forcément, Depeche Mode.


Noisey : MG est totalement anti-commercial. Il est entièrement instrumental, presque abstrait par moments. Pourquoi avoir choisi cette direction ?
Martin Gore : J'avais 4 ou 5 morceaux écrits pendant l'enregistrement de Delta Machine, le dernier LP de Depeche Mode. Des instrumentaux. On avait tellement de morceaux pour ce projet qu'on ne les avait pas utilisés. Je me suis dit que je devrais peut-être continuer à écrire des morceaux de ce genre là, jusqu'à pouvoir en faire un album complet. J'aimais beaucoup cette idée, car c'était quelque chose de nouveau pour moi. C'était un truc que je n'avais jamais fait avant et qui pouvait, de fait, surprendre pas mal de monde.

Bizarrement, c'est ton premier vrai disque en solo, les deux précédents étant uniquement constitués de reprises. Pourquoi avoir choisi de faire ce disque maintenant ? Tu devais avoir de nombreux morceaux en stock de puis toutes ces années.
Non, pas vraiment. Et puis, jusqu'ici, sortir un album solo avec des morceaux à moi aurait provoqué une sorte de conflit d'intérêt. Tu sais, je ne suis pas un songwriter très prolifique. Et j'ai toujours considéré que ce serait bizarre de sortir un album solo, alors que je suis le compositeur principal du groupe. Je crois que ça aurait créé des tensions dans le groupe. Les autres se seraient dit « Pourquoi garde-t-il ces morceaux pour lui ? Pourquoi ne les enregistrons-nous pas avec Depeche Mode ? ». C'est pour ça que je n'ai, jusqu'ici, sorti que des disques de reprises. En plus du fait que l'exercice me plaisait, bien évidemment.



Vu que tu n'utilises pas ta voix, on reste sur quelque chose d'encore assez éloigné de Depeche Mode, ceci dit.
Le conflit d'intérêt aurait été plus fort si j'avais écrit des morceaux avec des paroles. On les aurait forcément comparés aux morceaux enregistrés avec le groupe. Avec des instrumentaux, c'est complètement différent. J'ai aussi voulu conserver sur cet album quelque chose de très pur, de très électronique. Et je n'ai à aucun moment envisagé de mettre des guitares, des batteries ou des voix dessus. Je voulais faire un disque complètement synthétique et électronique.

Tu aurais pu le faire bien plus tôt. Dave Gahan sort des albums solo depuis 2003, lui.
Je n'ai jamais voulu piquer des instrumentaux prévus pour le groupe et les garder pour moi. De toute façon, je n'avais pas assez de morceaux. Tu sais, j'aime l'idée d'album. J'ai grandi à une époque où un album était vu comme une oeuvre d'art. J'aime cette idée de concept, de mener le travail jusqu'à son terme, de véritable album pensé comme tel, de A à Z.

L'hymne européen, c'est « Ode à la joie », le dernier mouvement de la 9ème symphonie de Ludwig Van Beethoven...
Je n'ai jamais entendu parler de lui [Rires]

...Pourquoi ce titre « European Hymn », qui est le premier single de l'album ?
Je ne veux pas trop rentrer dans les détails et expliquer pourquoi j'ai donné tel titre à tel ou tel morceau. Je pense que les gens doivent utiliser leur imagination. La seule chose que je dirais à propos de ce morceau, c'est que je pense que l'Europe a besoin d'un nouvel hymne. Quelque chose de moins évident que l'hymne actuel.



Comment conserve-t-on cette fraîcheur après 35 ans passés dans l'industrie musicale ?
La passion. Je suis aussi passionné qu'à l'âge de 10 ans, quand j'ai découvert la collection de disques de rock'n'roll de ma mère. Je n'en croyais pas mes yeux. Tous ces disques, que j'écoutais assis dans ma chambre sur un lecteur mono, c'était magique. Et je ressens ça chaque jour quand je me rends en studio. La différence, c'est que j'ai maintenant énormément d'équipement pour m'amuser, créer des sons... Je ne fais rien pour conserver cette fraîcheur, c'est en moi depuis tout ce temps. Et en dehors de la musique, je n'ai pas de centres d'intérêts. A part peut-être regarder des documentaires. J'adore ça, mater des documentaires.

Tu écoutes encore beaucoup de musique ? De nouveaux groupes ?
Oui, j'écoute toujours autant de musique. Je cherche pas mal de choses sur internet, et je continue à écouter en vinyle les trucs que j'aime. Hum...J'ai beaucoup aimé Faith In Strangers d'Andy Stott, par exemple. C'est pour ça que je lui ai demandé un remix de « European Hymn » qui sera disponible après la sortie de l'album. J'aime beaucoup le dernier Diamond Version sorti il y a deux ans. Spécialement « The Blank Action », le morceau avec Leslie Winer.

Tu penses quoi d'Aphex Twin ?
C'est étrange que tu me poses cette question. Les deux volumes des Selected Ambient Works figurent parmi mes albums favoris de tous les temps. Je les adore. Ce que je vais dire sonnera sûrement comme un sacrilège, mais je n'ai pas autant aimé son dernier album. C'est l'opinion la plus honnête que je puisse te donner, même si j'adore beaucoup des morceaux qu'il a produits depuis ses débuts.



Qu'est-ce que tu as utilisé comme matériel sur cet album purement électronique ?

La plupart des sons, je dirais 70 ou 80 %, ont été conçus avec un Eurorack Modular System. On vit vraiment une période très intéressante, car il y a énormément de systèmes modulaires disponibles. Et plein de fabricants différents. Chaque semaine, chaque mois, de nouveaux appareils sortent et si tu n'es pas attentif aux sorties pendant quelques jours, tu peux rater quelque chose. Ce qui est très excitant, c'est que ces instruments sont une grande source d'inspiration. Pour le reste de MG, j'ai utilisé du matériel vintage.

Ça fait quoi d'être considéré comme une légende de la musique pop ?
J'en sais rien, c'est vraiment difficile de répondre à cette question. Et ce n'est certainement pas à moi d'y répondre. Je ne me vois évidemment pas comme une légende, en tout cas certainement pas comme des gens qui ont énormément compté pour moi plus jeune, comme Kraftwerk par exemple. J'aime faire de la musique. C'est tout. Le reste...

Tu comptes lire les articles et critiques qui sortiront sur ce disque solo ?
Oui, je le ferai. Je n'en ai pas encore vu beaucoup, mais c'est encore un peu tôt. Je ne suis pas trop inquiet. La plupart des journalistes qui m'ont parlé m'ont dit qu'ils avaient vraiment aimé le disque, ce qui est toujours plutôt bon signe.

C'est Q qui s'occupe du mixage de l'album. Pourquoi ce choix ?
Avec Vince (Clark, membre fondateur de Depeche Mode, avec qui Martin Gore a enregistré un album il y a quelques temps sous le nom VCMG), on avait été très impressionné par le résultat de son travail sur VCMG. Même si MG n'est pas un album techno, j'ai rapidement pensé que ce serait l'homme idéal pour le mixer. Il était disponible et a accepté. C'est un maître dans l'art d'écouter les démos, de les disséquer. Bien sûr, elles contiennent déjà de nombreux sons, mais il sait les extraire, les travailler, et les faire sonner tellement mieux en leur donnant une réelle profondeur et une vraie puissance. Il rend l'étape du mixage totalement magique.



Selon toi, quel(s) morceaux(x) de Depeche Mode ont le mieux resisté à l'épreuve du temps ?
C'est vraiment une question difficile. Je ne sais même pas quel est mon morceau préféré de Depeche Mode. J'ai pourtant souvent essayé de répondre à cette question. Vraiment difficile...Mais je crois que les morceaux de Violator tiennent plutôt bien le coup. Ça sonne toujours aussi frais aujourd'hui.

A ses débuts, Depeche Mode était considéré comme un groupe de garçons coiffeurs à cause de vos coupes de cheveux, disons, discutables. Tu n'as jamais eu envie d'en changer ?
Un vieux chien n'apprend pas facilement de nouveaux tours, tu sais. [Rires]

On ne peut pas se quitter sans que je te demande si un nouvel album de Depeche Mode est prévu...
On n'a rien de planifié, donc, non, il n'y a rien de prévu là tout de suite. Mais je vais bientôt recommencer à écrire des morceaux, et quand j'en aurai suffisamment, et que Dave aussi en aura de son côté, je suppose qu'on en parlera ensemble. Mais pour l'instant, tout cela reste très abstrait.


MG sortira le 27 avril prochain sur Mute.

Nons n'avons aucune information sur les coupes de cheveux passées d'Albert Potiron. Mais vous pouvez voir avec lui sur Twitter - @Albert_Potiron